Lancement du projet de prise en charge d’Ebola baptisé : «Les Vainqueurs d’Ebola »

0
167
The word "Ebola" written in watercolor washes over a white paper background concept and theme.

Kinshasa, 28  sept. 2019(ACP).-Le ministère de la Santé, l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) et l’envoyé spécial Ebola pour la France, le Professeur Yves Lévy, viennent de lancer le projet « Les vainqueurs d’Ebola », sous la présidence du secrétariat technique du Comité multisectoriel de la riposte à la maladie à virus Ebola, en vue de renforcer la prise en charge de cette épidémie,   a rapporté samedi à l’ACP l’attachée de presse de l’ambassade de France en RDC, Florence Bernat  .

Selon la source, ce projet lancé à l’Hôtel du fleuve, le 25 septembre 2019,  financé  par la France, associera, outre le Programme national de suivi des personnes guéries d’Ebola, l’INRB en partenariat avec une équipe de scientifiques français de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM).

Le Pr. Yves Lévy, envoyé spécial de la France pour l’épidémie Ebola,  a effectué sa deuxième mission en RDC du 22 au 26 septembre. Il était  à la tête d’une forte délégation française composée des principaux acteurs des structures impliquées dans la réponse française face à l’épidémie à virus Ebola, à savoir : le Centre de crise et de soutien du ministère français des Affaires étrangères (CDCS), l’Agence française de développement (AFD), Expertise France et l’INSERM.

« La collaboration fructueuse du Pr. Lévy avec le Pr. Muyembe, directeur général de l’INRB et coordonnateur national de la riposte Ebola, a dit  l’attachée de presse Florence Bernat », a permis de mettre en place un important programme scientifique consacré au suivi médical des personnes guéries d’Ebola.

Selon cette source, le Pr. Levy  qui a présenté le projet « Les Vainqueurs d’Ebola » au cours d’une réunion avec les différents partenaires, a souligné que ce projet part du constat que parmi les quelques 3.000 cas confirmés, près de 950 guéris doivent être pris en charge.

« En effet, ceux-ci présentent dans leur grande majorité des séquelles à la fois psychologiques (anxiété, dépression) et médicales (douleurs musculosqelletiques, perte de l’audition, diminution de la vision voire cécité, etc) ».

Outre ces séquelles,  il a été constaté que le virus peut persister dans l’organisme une fois guéri comme dans le sperme, le lait maternel et cela jusqu’à 500 jours après la guérison.

Ce programme de prise en charge est donc fondamental pour traiter les survivants, pour comprendre et définir des stratégies de traitement de ces séquelles et pour proposer des solutions pour éradiquer le virus de l’organisme après guérison, afin d’éviter des cas de contaminations secondaires.

En relevant ces défis scientifiques fondamentaux pour la Santé publique, le projet « Les Vainqueurs d’Ebola », a poursuivi cette source,  s’inscrit dans la stratégie française de réponse à l’épidémie d’Ebola qui vise à aller au-delà de la réponse directe à l’épidémie en cours, par le renforcement du système de santé de la RDC et le développement d’outils de prévention des épidémies à long terme.

Avec le Club RFI de Goma, la France s’implique dans la sensibilisation  des communautés sur Ebola

Par ailleurs, l’attachée de presse de l’ambassade de France en RDC, Florence Bernat a fait savoir q’outre la réponse d’urgence à Ebola, la France  avec le Club RFI agit sur le terrain pour la sensibilisation des communautés.

Dans le cadre de la riposte à Ebola, la France appuie la République Démocratique du Congo(RDC)  à plusieurs niveaux, en particulier sur la recherche – avec notamment le lancement du programme des « Vainqueurs d’Ebola » en partenariat avec le Programme national de suivi des personnes guéries d’Ebola et l’INRB  et la réponse d’urgence sur le terrain à travers le soutien aux ONG françaises Alima et  la Croix-Rouge française.

« Consciente que ces réponses ne peuvent être réellement efficaces qu’avec la pleine implication des communautés elles-mêmes, la France contribue aux actions de sensibilisation qui sont menées dans le Nord- Kivu autour de la maladie à virus Ebola », a-t-elle rapporté.

Pour cela, elle s’appuie sur le Club RFI de Goma, association qui mène depuis plus de 10 ans des activités d’éducation civique, d’alphabétisation, ou encore de débats communautaires, a-t-elle poursuivi, soulignant  qu’avec le soutien financier de la France, notamment à travers le Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, le Club RFI organise régulièrement des ateliers de sensibilisation dans le territoire de Nyiragongo, à côté de Goma, avant de dupliquer ces activités à Beni et Butembo.

Le Club a également produit une bande dessinée, intitulée « NAITIKA-NAJIKINGA-NAKINGA (j’accepte-je me protège-je protège) » ainsi qu’un petit film qui serviront de support aux activités de sensibilisation et dont les messages sont préalablement validés par la coordination de la riposte à  Ebola, a-t-elle conclu. ACP/Zng/Mpk/Cfm

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here