Dernier face-à-face télévisé entre les deux candidats à l’élection présidentielle de dimanche en Tunisie

0
157

Kinshasa, 12 octobre 2019 (ACP). — Les deux candidats  à l’élection présidentielle de dimanche en Tunisie, Kaïs Saïed et Nabil Karoui ont franchi dans la soirée de vendredi la dernière ligne droite menant au Palais présidentiel de Carthage, lors d’un face-à-face retransmis en direct sur al-Watania 1 (Nationale 1), la télévision centrale tunisienne,  quarante-huit heures avant le second tour de l’élection présidentielle tunisienne, a rapporté samedi l’agence Chine nouvelle

Ils se sont exprimés sur les prérogatives phares du président de la République, dictées par la Constitution du pays, principalement en matière de défense nationale, de sécurité et de politique étrangère.

Interrogés sur ce qui serait sa première proposition législative en tant que président de la république, Nabil Karoui a évoqué la création d’un fonds national pour la lutte contre la pauvreté et la marginalisation, tandis que Kaïs Saïed a répondu qu’il proposerait le lancement de conseils nationaux pour l’éducation, l’enseignement, la couverture médicale et la santé publique.

Quant au volet sécuritaire, les deux candidats ont tous insisté sur le renforcement de l’appareil de renseignement, ainsi que sur la lutte contre le terrorisme et la préservation de l’intégrité territoriale de la Tunisie.

Avant le débat, plusieurs partis et coalitions politiques ont affiché leur prise de position envers les candidats.

Vainqueur des législatives (52 sièges selon les résultats partiels), le parti Ennahdha a réitéré son soutien au candidat Kaïs Saïed. Même écho chez le Mouvement du peuple (16 sièges obtenus) et le parti Attayar (Courant démocrate, 22 sièges), qui ont eux aussi appelé leurs électeurs à donner leur voix à Kaïs Saïed.

Ayant obtenu 14 sièges aux législatives, le parti de l’actuel Chef du gouvernement Youssef Chahed, « Tahya Tounes » (Vive la Tunisie) a préféré se positionner dans l’opposition parlementaire face à la majorité islamiste, en décidant de ne pas donner de consigne de vote. C’est aussi le cas pour le parti du Mouvement « Machrou Tounes » (Projet de Tunisie) présidé par Mohsen Marzouk, qui détient désormais quatre sièges à l’ARP.

D’autres acteurs de l’échiquier politique tunisien ont manifesté leur déception quant à l’aboutissement du processus électoral et général en Tunisie. Bon nombre de personnalités nationales, universitaires ainsi que militants de la société civile et des droits de l’Homme ont appelé, dans une note collective rendue publique jeudi dans la soirée, à un vote blanc au second tour de l’élection présidentielle. ACP/Kayu/JFM

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here