Echanges entre les étudiants de l’UCC et des responsables de l’ONU sur les actions des Nations Unies

0
86

Kinshasa, 25 oct.2019 (ACP).- Un forum d’échanges a réuni jeudi, au campus de l’Université catholique du Congo (UCC), à Mont-Ngafula, à Kinshasa/ouest, les étudiants de cette alma mater et les responsables des agences des Nations Unies, à l’occasion de la commémoration de la Journée des Nations Unies célébrée le 24 octobre 2019.

Plus de cinq interventions ont été faites à cette occasion. Charles Antoine Bambara, directeur de la division de la Communication stratégique et de l’information publique à la MONUSCO a parlé des missions de la Monusco en les situant dans le contexte historique, au nom de la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC, Leila Zerrougui.

Il a rappelé dans son propos, le message du 21 septembre dernier, du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, sur « l’avenir de l’ONU que nous voulons, l’avenir qu’il nous faut », en prévision du 75ème anniversaire de l’ONU, avant de développer plusieurs activités de sa division notamment l’action unificatrice de Radio Okapi, les multimédias, la conférence de presse des Nations Unies.

Charles Antoine Bambara a survolé le travail de la MONUSCO en rapport avec la protection des civils conformément au mandat lui assigné par le Conseil de sécurité dans sa résolution 2463.

Ensuite, le représentant adjoint du HCR, Fafa Attidzah a évoqué la mission première du Haut-commissariat aux réfugiés, celle de protéger les droits fondamentaux et le bien-être des personnes contraintes de fuir leurs pays à cause de la guerre, avant de proposer des solutions durables, à savoir, le rapatriement librement consenti, l’intégration locale, la réinstallation.

Depuis 66 ans, le HCR a réuni des millions de personnes. La RDC accueille à ce jour près de 538,706 millions de réfugiés, avec plus de 4 millions (4,49 millions) de déplacés internes, à côté de plus de 886 millions des réfugiés congolais dans les pays voisins.

L’orateur a évoqué à cette occasion, des défis à relever tel que le faible financement par les donateurs.

Depuis l’accord de siège de 1975, le HCR a près de 19 bureaux en RDC, a-t-il dit, avant de passer la parole au représentant du Bureau conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) Oumar Samake. Celui-ci a fait un briefing sur le mandat de son bureau, après un aperçu historique.

Il a insisté sur le travail du BCNUDH qui chargé de faire le monitoring des droits de l’homme. Il a parlé ensuite des outils pour surveiller les droits de l’homme, à savoir la visite des prisons, les enquêtes, le renforcement des capacités des acteurs et la publication des enquêtes. Oumar Samake a cité quelques réalisations du Bureau notamment le soutien au système judiciaire.

ACPKayu/May

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here