Les activités et priorités des Nations Unies en RDC expliquées aux étudiants

0
135
2011_10_24_Kinshasa_UN Day Ceremony Photo MONUSCO/Myriam Asmani

Kinshasa, 25 octobre 2019 (ACP).- La journée des Nations unies, célébrée le 24 octobre 2019,  a été marquée à Kinshasa par des rencontres avec les étudiants sur les activités et priorités des Nations unies au service de la population, suivies des débats.

Outre le mandat de plusieurs agences évoqué, la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre, l’action humanitaire en RDC, état des lieux et perspectives de la Cour pénale internationale (CPI) ainsi que les activités de l’UNESCO, ont été au centre de la rencontre avec les étudiants de l’Université catholique du Congo (UCC).

Mme Sabine Woube, coordinatrice du Projet-programme justice, autonomisation et dignité des femmes et des filles, a évoqué six catégories des violences basées sur le genre et les efforts de lutte contre les VSBG. L’objectif, a-t-elle dit, est de réduire durablement les VBG à travers l’adoption des attitudes et des normes socioculturelles.

Construire la paix dans l’esprit

Le représentant de l’UNESCO en RDC, Jean Pierre Ilboudo, a évoqué jeudi, lors de son exposé devant les étudiants de l’UCC, l’objectif de construire la paix dans l’esprit des hommes et des femmes.

Selon Jean Pierre Ilboudo, son agence est chargée de promouvoir la paix à travers les sciences, sciences sociales et humaines.

Le représentant de l’UNESCO en RDC a parlé des fondamentaux de la mission de promouvoir la paix, à savoir, assurer l’éducation de qualité, promouvoir la diversité culturelle, soutenir la liberté de presse. Il a également évoqué les priorités de l’UNESCO notamment, l’Afrique intégrée dans toutes les phases de l’élaboration, de mise en œuvre et d’évaluation des programmes de l’UNESCO, avant de conclure avec des thématiques majeures telles que le changement climatique, les femmes.

Yvon Edoumou, responsable de la communication du Bureau de coordination des actions humanitaires (OCHA) a pour sa part, parlé de « l’action humanitaire : mécanismes et défis du financement de la réponse », alors que Patrick Tshibuyi, responsable de la sensibilisation de la CPI a fait valoir l’état des lieux et perspectives de la Cour pénale internationale.

Ce dernier a souligné que la CPI, institution judiciaire indépendante de l’ONU, a un mandat utile pour la paix, complémentaire aux juridictions nationales. L’orateur a parlé de la RDC avec 6 mandats d’arrêt et des affaires Thomas Lubanga, Bosco  Ntaganda, Germain Katanga.

La journée s’est terminée par des interventions de Grégoire de Nantes, officier chargé du projet des Armes légères et de petit calibre (ALPC-UNNAS) sur la protection des civils contre les risques liés aux engins explosifs et à la prolifération des ALPC, et Mme Ingénieur Victoire Mayindo, chargée de l’autonomisation à ONU-Femmes s’est penchée sur les activités en rapport avec cette entité en charge de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. ACPKayu/May

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here