La France pour la reprise de contrôle sur la politique migratoire à travers une vingtaine de mesures

0
41

Kinshasa, 07 novembre 2019 (ACP).- Le Premier ministre français, Edouard Philippe a dévoilé mercredi les mesures sur l’immigration de son gouvernement, à l’issue d’un comité interministériel, ont rapporté jeudi des médias étrangers.

Les mêmes sources soulignent qu’une vingtaine de mesures que sont entre autres, l’instauration de quotas en matière d’immigration professionnelle, un délai de carence de 3 mois pour l’accès à la protection universelle maladie (PUM) et l’éloignement rapide des déboutés du droit d’asile, ce projet gouvernemental a pour objectif de « reprendre le contrôle de la politique migratoire ».  « Le sens général de notre action est celui de la souveraineté. Et reprendre le contrôle sur notre politique migratoire, c’est exprimer et assumer des choix clairs en matière d’accueil et d’intégration », a déclaré Edouard Philippe lors d’un point presse en compagnie de ses ministres de l’Intérieur, de la Santé et du Travail.

Parmi ces mesures figurent en bonne place, l’instauration des objectifs quantitatifs ou quotas pour l’immigration professionnelle.

Selon la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ce choix s’explique par des besoins économiques. « Aujourd’hui, une entreprise sur deux qui a du mal à recruter dans notre pays, et il y a de nombreux emplois vacants, notamment dans les Petites et moyennes entreprises (PME) et dans certains territoires qui ne sont pas attractifs », a-t-elle indiqué.

D’où l’obligation pour le gouvernement de fixer des objectifs chiffrés ou quotas d’immigration professionnelle pour compléter ce besoin de main d’œuvre qui concerne les métiers en tension.

L’immigration professionnelle en France ne concerne que 33 000 titres de séjours, donc 13% de l’ensemble des 260 000 titres, a dit Mme Pénicaud tout en précisant qu’il n’y aura pas de quotas par nationalité mais plutôt par compétence.

Dans le domaine de la santé, des mesures de renforcement des actions de contrôle de l’Aide médicale d’Etat et des soins urgents pour les demandeurs d’asile et les sans-papiers, le renforcement du contrôle de la résidence en France et l’introduction d’une entente préalable pour certains soins seront mises en place.

Ce plan immigration » prévoit également le contrôle des allocations accordées aux demandeurs d’asile.

Il prévoit ainsi de diminuer progressivement le nombre de passage obligatoire en préfecture, la réduction et la simplification des taxes sur les titres de séjours.

Un projet de relogement des refugiés sera fixé par le gouvernement pour 2020. Il sera demandé aux préfets de mobiliser 16 000 logements pour les accueillir « dignement », a indiqué M. Castaner.

La classe politique, notamment les opposants à Emmanuel Macron ont diversement apprécié ces mesures gouvernementales sur l’immigration. L’extrême droite parle d’une « escroquerie politique ». « C’est de l’enfumage. C’est un mensonge. Le but du gouvernement c’est de laisser penser qu’il a pris conscience de la préoccupation importante qui est celle de l’immigration chez nos compatriotes », a dénoncé Marine Le Pen du Rassemblement national sur RTL. ACP/Zng/Fmb/Nig 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here