Quatre capacités essentielles pour tous les partenaires de la société civile

0
61

Kinshasa, 7 novembre 2019 (ACP).- Le directeur du bureau conjoint des Nations Unies des droits de l’homme, Abdoul Azize  Thioye a relevé quatre capacités essentielles pour tous les partenaires de la société civile, lors de l’atelier de suivi des recommandations issues de l’Examen périodique universel (EPU) et le dialogue national sur sa mise en œuvre au Centre Carter dans la commune de la Gombe.

Le directeur Abdoul Azize a fait savoir que ces capacités sont essentielles pour tous les partenaires de la société civile à quelque niveau que ce soit pour une plus grande efficacité du travail qui les attend. Il s’agit notamment de la capacité d’engagement, de coordination, de consultation ainsi que la capacité de gestion de l’information.

L’EPU, a-t-il dit, est un mécanisme établi depuis 2006 par la résolution 60/251 de l’Assemblé générale des Nations Unies qui permet au conseil des droits de l’homme de procéder à l’EPU sur la foi d’information effective et fiable du respect à chacun des Etats, membres du l’ONU, de ses obligations et engagement en matière de droits de l’homme.

C’est dans ce contexte que des recommandations ont été formulées à l’endroit des Etats membres de l’ONU, lors de l’examen des rapports à travers l’adoption du rapport final d’examen en session plénière du conseil de droit de l’homme. L’efficacité de l’EPU réside ainsi, non seulement dans la coopération des Etats avec ses mécanismes, mais aussi et surtout à l’acceptation et la mise en œuvre formulées.

Une promotion et une protection efficace et effective de droits de l’homme nécessitent une implication et une coordination de tous les acteurs tant au niveau national qu’international. A ce propos, ils ont salué UPR info et tous les partenaires impliqués dans l’organisation de cet atelier pour la structuration thématique qui a été faite , le choix de cycle d’interaction au rang desquels figure le ministère de droits humains , le comité interministériel de droits de l’homme , la commission national de droit de l’homme, les parlementaires, les acteurs judiciaires,  les missions diplomatiques et la société civile et d’autres.

L’efficacité de l’EPU réside dans la coopération des Etats et surtout l’acceptation et la mise en œuvre formulée

Par ailleurs, le Directeur du bureau conjoint des Nations Unies des Droits de l’homme, Abdoul Azize  Thioye a déclaré que l’efficacité de l’EPU réside ainsi, non seulement dans la coopération des Etats avec ses mécanismes, mais aussi et surtout l’acceptation et la mise en œuvre formulés.

A ce propos, la société civile représentante dans cet atelier, a comme tous les autres acteurs un rôle majeur de suivi et la mise en œuvre des recommandations, les interventions constituent un gage de changement, grâce notamment à la forte capacité d’information souvent indispensable de sensibilisation de l’opinion.

269 recommandations ont été formulées à cet effet, dont 239 ont été acceptées par le gouvernement et 28 notées.

Les recommandations acceptées se rapportent entre autres à la ratification d’instruments juridiques internationaux, l’abolition de la peine de mort, la conformité du projet des lois portant protection des droits de l’homme aux normes de standard internationaux  touche à toutes les catégories de droits de l’homme et à tous les secteurs de la vie nationale.

L’objectif ultime étant d’améliorer la situation des droits de l’homme  en RDC, le présent atelier vise à renforcer leurs connaissances et leurs compétences en fournissant un ensemble d’outils qui permettront de planifier, de suivre et d’évaluer la mise en œuvre des recommandations en matière de Droits de l’homme formulés dans le cadre de l’EPU et autres.

 Abdoul Azize  Thioye a renouvelé son plaidoyer pour le comité interministériel des droits humains en les dotant des moyens logistiques et financiers adéquats pour mener à bien sa mission de préparation des rapports, de coordination entre les différents parties prenantes et des plaques tournantes de gestion des informations sur la mise en œuvre des recommandations de l’EPU avant d’inviter les partenaires de la société civile à travailler dans la synergie en vue d’un meilleur rendement. ACP/Kayu/Fmb/Nig

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here