La proposition du Président Félix Tshisekedi pour une coalition mondiale pour le rétablissement de la paix intéresse la majorité de journaux kinois

0
863

La quasi-totalité de journaux parus mercredi 13 novembre 2019 à Kinshasa focalisent leur attention à la proposition du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour une coalition mondiale pour le rétablissement de la paix.

Agence congolaise de presse (ACP) écrit que le Président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, en séjour à Paris, a proposé une coalition mondiale pour le rétablissement de la paix, au cours de son allocution à l’ouverture du 2ème Forum pour la paix, qui se tient du 11 au 13 novembre dans la capitale française.

Forum des As ajoute que le successeur de Joseph Kabila a exhorté ses pairs à s’interroger sur la hauteur des contributions de leurs pays respectifs à la solution aux défis de l’humanité en ce qui concerne la paix, indiquant, par ailleurs, que par la paix, il ne faut pas seulement entendre le silence des armes. C’est aussi et surtout les réponses aux problèmes liés à la jeunesse, à la famine, au dérèglement climatique et à la santé publique dont l’éradication des épidémies à virus.

 « Nous sommes bel et bien devant un défi majeur, qui ne peut souffrir  d’aucune négligence, d’aucun faux-fuyant, et j’ajouterai d’aucune solution superficielle », souligne Le Potentiel, citant un extrait de la déclaration du président congolais, ajoutant qu’il a proposé un agenda commun qui intègre un certain  nombre des valeurs transversales et donne à l’homme et à la planète, la primauté de leurs efforts.

Dans un tout autre chapitre, le journal révèle le propos du Cardinal Fridolin Ambongo sur le Président Félix Tshisekedi, articulant que le chef de l’Etat congolais donne des signes de bonne foi. Le confrère écrit que le cardinal a salué l’alternance démocratique, incarnée désormais par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi et trouve que ce dernier « donne des signes d’être de bonne foi ». Ce n’est pas pour autant que l’Eglise va se taire, poursuit le quotidien, concluant que le cardinal Ambongo a prévenu que quand la dignité de l’homme est bafouée, l’Eglise se dresse.

Toujours dans le même ordre d’idées, La Prospérité fait savoir pour sa part, qu’à propos de la vérité des urnes, le cardinal Fridolin Ambongo a appelé à un changement de cap. Le combat pour la vérité des urnes, tel que prôné par Martin Fayulu Madidi,  neuf mois après l’élection de Félix Tshisekedi à la Magistrature Suprême, est vraisemblablement révolu et dépassé, écrit le quotidien. Désormais, le cardinal de la RD. Congo, déclare qu’il est question que les différents protagonistes évoluent dans le sens de privilégier les intérêts supérieurs de la nation.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here