Appel aux forces de la société à sensibiliser au respect de la valeur de la femme

0
109

Lubumbashi, 28 nov. 2019(ACP).- Le ministre provincial du Plan Michel Momat Kakudji, représentant du gouverneur du Haut-Katanga, a lancé un appel aux forces vives de la société pour sensibiliser à travers les activités de communication et inciter la population au changement de comportement ainsi qu’au respect des valeurs humaines et de dignité à l’égard de la femme.

M.Kakudji qu’il a dit dernièrement au centre Arrupe de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga dans le cadre du lancement des 16 jours d’activisme de lutte contre les violences faites à la femme, placés en RDC sous le thème de « Jeunesse congolaise, dressez-vous contre la discrimination et le viol», a recommandé le recours à la justice pour réprimer les auteurs de violence.

 Il a souligné que cette campagne appelle à la participation active de toute personne de la « génération égalité » qui prône la parité et l’équité du genre avant de louer les mérites de cette génération libérée des pesanteurs socioculturelles qui doit lutter contre les violences faites à la femme, sous toutes ses formes, en s’appuyant sur les profondes réformes en la matière, ainsi que sur les engagements et les convictions des décideurs tant nationaux que provinciaux.

La jeunesse du Haut Katanga appelée à faire partie de la génération de lutte contre les violences dans leurs milieux

La jeunesse du Haut Katanga est appelée à faire partie de cette génération qui participe à la lutte  contre les violences faites à la femme en milieu scolaire, estudiantin, familial et communautaire.

La ministre provinciale du genre, femme, famille et enfant du Haut Katanga, Nathalie Aziza a invité les jeunes à être des acteurs du changement désiré dans la société.

Nathalie Aziza a rappelé aux jeunes que du 25 novembre au 10 décembre le ministère provincial du genre en collaboration avec les différentes forces vives féminines de la société civile, organisera plusieurs activités de sensibilisation communautaire et de vulgarisation des textes de lois  nationales et autres instruments juridiques qui assurent la protection et la promotion des droits des femmes et des filles. Elle a, à cet effet, invité les jeunes à y prendre activement part et à mettre en évidence la couleur orange, afin de devenir des vrais acteurs du changement pour l’éradication des violences faites à la femme, phénomène demeurant un obstacle majeur au développement inclusif et durable.

Violences à l’égard des femmes et des filles, une violation des droits de l’homme la plus répandue

Les violences à l’égard des femmes et des filles constituent l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde, a relevé Nathalie Aziza dans son discours de lancement des 16 jours d’activisme.

Elle a rappelé qu’elles demeurent également celles des moins signalées en raison de l’impunité, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte ces formes de violations des droits humains.

Nathalie Aziza a fait appel à l’action mondiale afin de mieux faire connaître les questions de violences faites aux femmes et aux filles dans les communautés et de créer des opportunités de discussion et de trouver les pistes de solution y afférentes.

Les violences à l’égard des femmes et des filles sont définies comme tout acte dirigé contre les sexes féminins causant ou pouvant causer aux femmes et aux filles des préjudices ou des souffrances physiques, sexuelles, et morales, a-t-elle martelé. ACP/Kayu

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here