Ituri : Bureau du Genre et Actions Humanitaires pour une solution palliative aux affres des guerres

0
90

Bunia, 29 Nov 2019(ACP)- La province de l’Ituri se trouvant en période post-conflit un diagnostic de fond est une nécessité pour palier au  tableau sombre des affres des guerres qui soulignent que  la population majoritairement constituée des femmes et des enfants, continue à payer un lourd tribut, a déclaré jeudi à Bunia Mme Jeanne Alasha Bahemurwaki, commissaire provinciale en charge du Genre et Actions Humanitaires.

 Jeanne Alasha Bahemurwaki qui a fait cette déclaration en marge de la commémoration du 19ème anniversaire de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité et le lancement officiel de la campagne de 16 jours d’activisme de lutte contre la violence faite à la femme et jeune fille, a indiqué que la destruction du tissu socio-économique qui est en train d’être refait, a eu des effets néfastes sur le vécu quotidien de la femme, de l’enfant et de la jeune fille.

« Les us et coutumes rétrogrades s’appliquent encore de manière très remarquée et discriminatoires à l’égard des femmes avec impact très négatif », a-t-elle soutenu.

La Commissaire provinciale en charge du Genre et Actions Humanitaires a exprimé sa gratitude à l’endroit du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour son engagement à promouvoir et à protéger la parité lors de son discours d’investiture, et au gouverneur Jean Bamanisa Saïdi qui ne ménage aucun effort pour la promotion et l’amélioration des conditions des femmes dans la province de l’Ituri.

Pour Madame Alasha, la Charte des Nations Unies signée à Sans Francisco en 1945 était le premier instrument international à proclamer l’égalité des sexes en tant que droit fondamental de la personne humaine. Parmi ces multiples instruments, la Résolution 1325 adoptée le 31/10/2000 au Conseil de Sécurité est le premier à établir le lien entre les femmes, la paix et la sécurité, surtout à reconnaître clairement l’importance de les associer pleinement sur un même pied d’égalité à tous les efforts visant à maintenir et à promouvoir la paix et la sécurité, a-t-elle rappelé.

De son côté, la Cheffe de Bureau de la MONUSCO en Ituri a indiqué que pour cette année 2019, la campagne dénommée  » TOUS UNIS » a marqué le début des 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes. Ils se déroulent du 25 novembre au 10 décembre prochain autour du thème :  » Orangez le monde: la génération égalité s’oppose au viol ».

C’est ainsi que, dans le cadre de la campagne d’ONU Femmes Génération Égalité qui marque le 25ème anniversaire de la déclaration et du programme d’action de Beijing, la campagne « TOUS UNIS » appelle toute personne à s’informer et à lutter contre les violences faites aux femmes et le viol.

En soutien à cette initiative de la société civile, la campagne du Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio GUTERRES  » Tous unis d’ici à 2030, pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes  » préconise la prise de mesures à l’échelle mondiale pour sensibiliser, encourager les efforts de plaidoyer et partager les connaissances et les innovations, a-t-elle expliqué, ajoutant que le Bureau de la MONUSCO est engagé à accompagner, à travers toutes ses composantes, les autorités provinciales et les acteurs de la société civile afin de lutter efficacement contre les violences faites à la femme et à la jeune fille.

Pour sa part le Ministre provincial en charge de la Santé, Dr Patrick Karamura Mwira qui a lancé officiellement cette activité, a fait savoir que les guerres qui ont sévi dans la province de l’Ituri n’ont pas seulement fait des morts, des destructions, des déplacements massifs des populations, mais ont également renforcé les violences contre les femmes, la pauvreté, la prostitution, la déscolarisation des jeunes filles, etc.

S’adressant aux mamans, le représentant du Gouverneur leur a dit que la province de l’Ituri va bientôt se doter de son plan provincial contextualisé du Plan National de mise en œuvre de la Déclaration de Kampala de lutte contre les violences sexuelles et celles basées sur le Genre.

Cette journée offre une occasion propice aux femmes non seulement de faire un plaidoyer auprès des décideurs, mais aussi d’organiser les journées d’informations et de sensibilisations de leurs propres droits les plus légitimes, a indiqué Dr Patrick Karamura Mwira.

Le thème de la commémoration de la Résolution 1325 de cette année s’intitule :  » Le rôle des femmes dans les changements sociaux et la consolidation de la paix : l’heure de la reconnaissance « , rappelle-t-on. ACP/Kayu

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here