L’INPP appelle à une synergie pour adapter la formation aux  besoins des entreprises

0
177

Kinshasa, 30 nov. 2019(ACP).- L’administrateur directeur général de l’Institut national de préparation professionnelle(INPP), Maurice Tshikuya Kayembe a appelé, jeudi, à une synergie des universités, des centres de formation,  des institutions et organisations tant publiques que privées pour s’adapter aux exigences économiques, en formant une main-d’œuvre qualifiée qui répond aux besoins des entreprises.

Il s’exprimait lors de la rentrée de la Fédération des entreprises du Congo(FEC), au cours de laquelle 4 entreprises publiques et privées, partenaires du patronat congolais, ont été invitées pour un échange en vue de baliser la voie pour le développement du pays.

A cette occasion, M. Tshikuya a présenté l’historique, les capacités et les spécificités de l’institut en termes de qualité de ses formateurs, d’équipements didactiques et des infrastructures d’accueil.

Au volet de la  formation, il a fait  état du bénéfice didactique dont jouissent les formateurs de l’INPP auprès de leurs collègues japonais par un transfert continu d’expertise, avec un effet multiplicateur sur  tous les formateurs.

Concernant les infrastructures, l’INPP a connu une révolution avec des chantiers ouverts sur l’ensemble du pays, a-t-il précisé, avant d’annoncer la construction en 2020, d’un  nouveau site d’exploitation à Kolwezi, chef-lieu de la province du Lualaba, grâce à la coopération chinoise.

Un autre grand centre sera construit à Maluku, dans la commune de N’sele à l’Est deKinshasa, en prévision de la création d’une zone économique par le gouvernement et ce projet sera appuyé par la Banque mondiale.

Maurice Tshikuya a ensuite évoqué les contraintes auxquelles fait face l’INPP, notamment l’augmentation du coût d’exploitation, la faible trésorerie et la capacité d’accueil qui serait disproportionnelle à la dimension de la RDC et aux attentes de la population active.

Les rapports entre l’INPP et la FEC, selon lui, sont actuellement au beau fixe, et le patronat est devenu un avocat de l’institut qu’il accompagne également dans l’identification des besoins en formation des entreprises.

Auparavant, saluant les avancées actuelles enregistrées par l’INPP, le président de la FEC, Albert Yuma avait invité l’institut à renforcer le partenariat avec son organisation et à s’investir pour une formation des métiers en mutation.

Par ailleurs, le président de la FEC avait aussi encouragé  la collaboration entre le patronat et les entreprises publiques, souhaitant la consolidation des acquis pour un  développement  intégral de la RDC tel que prôné par le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Les dirigeants de la Société financière d’assurances(SFA), de l’Office de gestion du fret multimodal(OGEFREM), de la Caisse nationale de sécurité sociale(CNSS) et de l’INPP sont intervenus au cours de cette « Rentrée novembre 2019 »  organisée par la FEC, en présence du ministre de la Formation professionnelle et du vice-ministre de l’Economie, précise-t-on. ACP/ZNG/MAY/Cfm

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here