Jeanine Mabunda réaffirme son soutien de renforcer l’arsenal législatif de répression

0
68

Kinshasa, 03 décembre 2019(ACP).- La présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, a réaffirmé son soutien de renforcer l’arsenal législatif de répression, au cours d’une audience qu’elle a accordée mardi, à la représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies chargée des questions des violences sexuelles commises en période des conflits, Mme Pramillah Patten, dans son cabinet de travail dans la commune de Lingwala, à Kinshasa.

A la sortie de l’audience, Pramillah Patten a fait savoir qu’avec la présidente de l’Assemblée nationale, leurs entretiens ont tourné autour des questions des violences sexuelles. Elle a ainsi salué les progrès faits que le gouvernement congolais a déjà réalisés dans ce domaine.

« La discussion avec la présidente de l’Assemblée nationale a été très franche et transparente parce que je la connais déjà pour avoir travaillé avec elle dans le passé. J’ai recherché son soutien dans tout ce qui est mise en œuvre du communiqué conjoint signé avec le gouvernement de la RDC en 2013. Mais, il y a aussi un document relatif à ce communiqué conjoint que je compte signer cet après-midi, avec le gouvernement qui met à jour l’engagement des Nations Unies avec le gouvernement de la RDC, afin d’apporter une réponse beaucoup plus structurée axée sur les victimes, qui comporte trois axes principaux notamment, la prévention, la protection, la participation et la mobilisation communautaire. Également renforcer l’Etat des droits et la lutte contre l’impunité à travers la justice mais aussi, apporter des services holistiques multi sectoriels à tous les survivants, survivantes, y compris les enfants issus du viol », a-t-elle dit.

« J’ai passé trois jours à Bukavu et Goma, effectivement, j’ai constaté dans l’Est du pays, les violences sexuelles continuent à être une douloureuse réalité de ces conflits qui rongent l’Est du pays. Dans les cas recensés par les Nations Unies, on constate qu’il y a même une augmentation en 2019 par rapport à 2018, ce qui est très malheureux, d’où la nécessité de vraiment appuyer le gouvernement ».

Par ailleurs, elle s’est félicitée du progrès que la justice congolaise a réalisé en matière de violences sexuelle.

 « J’étais ici en 2017, j’ai constaté qu’il y a des efforts par rapport à la justice, par exemple sur les viols des enfants. Mais le chemin reste long pour que le gouvernement renforce ces efforts et les Nations-Unies. Ma visite s’inscrit dans cette réalité de réaffirmer mon engagement, l’engagement des Nations Unies et de mon bureau à accompagner le gouvernement congolais dans ses efforts », a-t-elle conclu. ACP/Zng/May

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here