La 5ème assemblée générale de la FAAPA s’achève sur une note d’optimisme pour l’avenir des agences de presse membres

0
77

Kinshasa,  04 déc. 2019 (ACP).- Les travaux de la 5ème assemblée générale de la Fédération atlantique des agences de presse africaines (FAAPA), tenus les 29 et 30 novembre derniers, se sont achevés sur une note d’optimisme pour l’avenir des agences de presses membres a affirmé, mercredi, à Kinshasa, le président du conseil d’administration de l’ACP, Nicole Dimbambu Buanga, participante à ces assises.

Le thème retenu : « Le modèle historique et unique de l’agence de presse est mort, inventez votre avenir », a permis aux responsables des agences de presse de réfléchir sur l’avenir de ces agences au regard de l’espace médiatique actuel caractérisé par les NTIC. Aussi, a fait savoir, Mme Dimbambu, « nous, en tant qu’agence, nous ne mourrons pas. Nous devons plutôt nous adapter et évoluer avec tos ces changements apportés par les NTIC ».

Aujourd’hui, a-t-elle dit, le public est plus attiré par les médias audiovisuels et particulièrement  la visibilité, à travers l’image. Les agences doivent se déterminer par rapport à leur mission fondamentale au niveau de la véracité et de la fiabilité des faits rapportés à l’étape de la collecte et du traitement de l’information.    

Aussi, la tendance actuelle est d’orienter les agences vers les multimédias, une vision envisagée par l’équipe dirigeante de l’ACP par la modernisation et la restructuration de ce média public.

Les responsables des agences de presse continentales se sont également convenus de la nécessité de renforcer la coopération inter agences et la formation qui porterait sur l’écriture journalistique at l’utilisation des réseaux sociaux.

Les agences de presse de faire face à la prolifération des « fack news »

Le président de la FAAPA, Mohamed Khalil Hachimi, est revenu sur l’importance de cette rencontre et la nécessité, entre autres, des agences de presse de faire face à la prolifération des « fack news ». il a appelé les responsables des agences à renforcer leurs actions face à ce qu’il a qualifié de « Tsunami des fack news ». Pour lui, les responsables de ces agences de presse ont un devoir d’éthique et de déontologie afin d’éradiquer ce phénomène.

Les participants ont suivi également de communications dont celles en rapport avec le « Modèle économique pour la presse aujourd’hui: la presse papier est-elle condamnée à disparaître ?« , un thème  présenté et défendu par Mohamed Berrada, PDG de Promo-presse, fondateur de SAPRESS, ainsi que les interventions d’éminents experts sur la question.

Une autre intervention forte fut l’adresse du directeur général de l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), Mohamed Methqal sur l’importance et la pertinence du thème, eu égard à l’évolution du numérique. Non sans aborder les relations entre le Maroc et les pays du Sud, notamment en matière de développement humain, les milliers d’accords signés avec une cinquantaine de pays visités par son institution, surtout, dans le domaine de la formation, etc.

La secrétaire générale de l’OANA, Dong Min Lee, invitée de marque et désormais partenaire de la FAAPA,  grâce au partenariat signé entre les deux entités, a centré son propos comme le président de la FAAPA, sur les stratégies de combattre les « fack news » et les réflexions à mener face à ce type d’informations.

L’information, l’expression générique et globale d’un système complexe érigé en société de l’information

M. Bernard Mantele, délégué du Congo Brazzaville, a, dans son intervention sur le thème : « Le modèle historique et unique de l’agence de presse est mort, inventez votre avenir », tenu avant tout à confirmer l’évolution et le changement opéré dans le monde des médias actuellement : évolutions notables enregistrées ces dernières années dans les secteurs socio-économique et culturel, avec un impact sur la vie quotidienne des populations.

Dans sa réflexion, M. Mantele a affirmé que l’information est devenue l’expression générique et globale qui caractérise un système complexe érigé en société de l’information. En effet, l’évocation de ce concept, a-t-il souligné, résume à elle seule toutes les évolutions techniques intervenues et le niveau de vie d’un monde qui se métamorphose  sous l’influence des techniques de l’information et de la communication.

L’avènement de la numérisation  notamment a brisé la logique des médias traditionnels. Une chose est certaine, a-t-il affirmé, c’est que les nouveaux médias ne remplacent pas les anciens mais plutôt apportent des modalités nouvelles de consommation de l’information.

Pour lui, le modèle historique se basant sur la collecte, le traitement et la transmission des informations brutes avec un accent sur l’aspect « monopole » tend à disparaître dans un monde  multimédias, seulement il nous laisse un héritage que sont les fondamentaux, à savoir : la crédibilité,   la fiabilité, la véracité, l’exactitude dans le traitement des informations.

A ce jour, a-t-il indiqué, il nous faut dans ce monde multimédia diversifier la production et les moyens de diffusion, connaître le besoin du consommateur, s’approcher de lui afin de mieux apprécier son intérêt.

Le président du conseil d’administration de l’ACP a rendu une visite de courtoisie à l’ambassadeur de la RDC au Maroc, Henri Mangaya, de la participation de son institution à la 5ème assemblée générale de la FAAPA.

Au terme de leur échange, le diplomate congolais a promis d’apporter son appui son appui à l’ACP par la consolidation  de la coopération médiatique afin de faire bénéficier à l’ACP les acquis des NTIC afin de la porter parmi les grandes agences internationales. ACP/Kayu/GGK

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here