Appel à l’engagement de  tous pour lutter contre les violences domestiques

0
188

Kinshasa 08 décembre 2019 (ACP).- La secrétaire générale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF)/RDC, Manwanina Kiumba a appelé vendredi à l’engagement de tous pour lutter contre les violences domestiques afin d’amener les générations futures à vivre dans le vrai amour sans violence.

Mme Manwanina, également professeur d’université, a lancé cet appel, dans son intervention,  sur « les conséquences psychologiques, socio-économiques, des violences domestiques sur les femmes » à l’issue d’un atelier de sensibilisation des femmes, hommes et jeunes organisé par WILPF/RDC en la salle Polyvalente du ministère du Genre, famille et enfant, à Kinshasa, dans le cadre des 16 jours d’activisme sur ia iutte contre les violences faites à la femme et à la jeune fille, placé cette année sous le thème international : « Oranger votre monde ; la génération Egalité se dresse contre le viol ».

« Luttons tous ensemble contre les violences domestiques, menons des plaidoyers pour la mise en œuvre des instruments juridiques contre cette forme de violence », a-t-elle dit, soulignant que les violences psychologiques causées en familles, sont notamment des relations interpersonnelles perturbées avec l’incapacité de faire confiance à l’autre, l’altération  de la normalisation des émotions avec l’impulsivité marquée par l’épuisement ,la déconcentration , l’inattention et l’auto-agressivité entrainant des idées suicidaires.

Conséquences légales

Me Willy Mukangala , a en sa qualité d’avocat, planché autour « des conséquences des violences conjugales ou domestiques sur les enfants et les jeunes filles », indiquant que ces actes ignobles se traduisent légalement par des violations massives des lois en vigueur dont certains articles de la Constitution, de la Convention relative aux droits de l’Enfant, de la Loi portant protection de l’enfant et du Code pénal.

Les coups et blessures, les méncaces, les tortures , les injures publiques et les mutilations sont repris dans le Code pénal, a-t-il dit, soulignant qu’il y a un vide juridique dans l’arsenal juridique congolais spécifiquement en termes des violences conjugales ou domestiques.

Ce qui constitue un fléau silencieux qui détruit la famille, a ajouté ce juriste, évoquant la nécessité d’une prise en charge holistique des victimes.

Mme Sandra Ngoyi , chargée de la jeunesse de WILPF/RDC abordant « les généralités sur les violences domestiques, les conséquences des violences domestiques sur les jeunes et les enfants », a repertorié les types, les formes et les caractéristiques des violences domestiques notamment la menace d’exercer une violence physique, psychique ou sexuelle sur une personne en famille ou au sein d’une relation familiale   ou encore conjugale.

Avant de violenter une femme , « penses à ta mère , ta sœur , ta fille et ton épouse », a-t-elle conclu.ACP/ZNG/Wet

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here