Ituri : plaidoyer pour la problématique de la surpopulation à la prison centrale de Bunia

0
93

Bunia, 23 janvier 2020 (ACP).- Le ministre en charge de Droits humains, André Lite a promis mercredi de plaider la cause de détenus de la prison centrale de Bunia auprès des autorités compétentes du pays concernant la capacité d’accueil de cet établissement pénitentiaire qui héberge aujourd’hui 1364 détenus, parmi lesquels 671 prévenus et 693 condamnés, à l’issue de la visite de trois (3) quartiers de détention de cette prison, accompagné du gouverneur ad intérim Chisante Ucircan Bule, le ministre provincial en charge des droits-humains Madame Espérance Chukuru.

André Lite a promis, au nom du gouvernement de la République, de donner une réponse qui sera satisfaisante en tenant compte de ces Congolais qui méritent également la protection de la loi au-delà de ce qu’ils ont déjà fait pour ceux qui sont condamnés.

Il a précisé que cette question sera portée au conseil de ministres au niveau duquel les options concrètes seront levées sur cette problématique de la surpopulation carcérale et d’autres aspects de détention.

Le directeur de la prison dresse un tableau sombre

Par ailleurs, profitant de cette opportunité, le directeur de la prison centrale de Bunia, Major Camille Nzonzi a dressé un tableau sombre devant ses hôtes de marques sur notamment la surpopulation carcérale, la rupture de stock alimentaire, le déficit de l’approvisionnement en eau, la rupture de produits pharmaceutiques.

Compte tenu de la situation de la surpopulation carcérale qui croit du jour au jour,  a-t-il déclaré, un projet est en cours pour transférer quelques condamnés vers trois (3) prisons de la province de l’Ituri, à savoir la prison de Mambasa 150 détenus, la prison de Gety, 75 détenus et la prison de Mahagi trente-cinq (35) détenus.

Camille Nzonzi a signifié que tout est prêt pour la réalisation de ce projet de transfert de ces détenus de la prison centrale de Bunia vers ces trois(3) autres prisons de l’Ituri en attendant la mobilisation de moyens nécessaires.

Dans cette prison qui a une capacité d’accueil de 220 personnes, 380 cas de malnutrition sont enregistrés actuellement, 49 décès depuis le début de l’année 2019, 29 détenus déclarés positifs à la tuberculose sous traitement, signale-t-on. ACP/ZNG/OM/Wet/JGD

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here