Zéro cas de lèpre et zéro cas de discrimination : c’est possible en RDC avec l’implication de toute la communauté

0
79

Kinshasa, 24 janvier 2020 (ACP).- « Zéro cas de  lèpre, zéro cas de discrimination » est une vision de la RDC sur cette endémie qui ne peut être possible qu’avec les activités de sensibilisation du programme national d’élimination de la lèpre (PNEL), l’implication de toute la communauté ainsi que le dépistage précoce de cette maladie et son traitement, a déclaré  vendredi à Kinshasa le délégué du secrétaire général à la Santé, le directeur Cléophas If Malaba.

M. Malaba s’est exprimé ainsi au cours de la matinée d’informations organisée à l’occasion de la 67e journée mondiale de la lèpre. Il a indiqué que cette infection est en train de devenir une maladie quelconque. C’est ainsi qu’il a encouragé les patients atteints de cette pathologie à la considérer comme toute autre maladie et à vivre sans honte dans leur communauté.

Le directeur du PNEL, le Dr Florent Ngondu, présentant la situation actuelle de la lèpre en RDC, a relevé que 3.334 cas de cette pathologie ont été détecté  en 2018 contre 3.272 cas en 2014, soit une augmentation de 62 cas. Il a précisé que les provinces du Bas-Uélé, du Haut-Uélé, du Kongo Central (particulièrement le territoire de Kasangulu), de l’Equateur et du Tanganyika demeurent des bastions de la lèpre.

Le Dr Ngondu a mis l’accent sur le rôle des prestataires de santé et des journalistes dans ce combat qui vise à avoir en RDC une génération sans lèpre. Cette maladie est éliminée comme problème de santé publique sur le plan national, mais elle n’est pas encore éradiquée à cause de sa persistance dans certaines communautés, a-t-il fait savoir. C’est pourquoi des efforts doivent être déployés avec l’appui des partenaires dont  l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Action Damien et TLM/Congo afin d’en finir avec cette affection qui place la RDC au deuxième rang sur le plan mondial et au premier au niveau africain.

Auparavant, Mme Hélène Kwamba, chargée de suivi et évaluation au PNEL, a présenté la lèpre comme une maladie infectieuse causée par le bacille de Hansen découvert en 1873 par M. Hansen.

Cette micro-bactérie qui se transmet par voie aérienne prend soit la forme d’une tâche insensible, soit des nodules sur la peau, et s’attaque aux pieds, aux mains et aux yeux, a-t-elle ajouté, précisant que cette maladie, du reste guérissable, peut être contractée indifféremment du sexe et de l’âge.

Par ailleurs, une saynète et un témoignage autour de la lutte contre la discrimination des victimes de la lèpre ont émaillées cette manifestation organisée sous le thème national « La lèpre existe encore dans notre pays, tous ensemble pour zéro cas de lèpre, zéro cas d’infinité et zéro cas de discrimination ».  ACP/FNG/KJI/GGK

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here