Une étude de DEA à l’UNIKIN sur la protection des autorités politiques  après leurs fonctions en RDC

0
456

Kinshasa, 07 mars 2020 (ACP).- L’assistant Kumisa Kumisa Fessam, du département des sciences politiques et administratives de l’Université de Kinshasa(UNIKIN), a défendu publiquement samedi  à l’UNIKIN, un mémoire de Diplôme d’études  approfondies OU Diplôme d’études supérieures  (DEA/DES) sur « la protection des autorités politico-administratives après leurs fonctions en RDC : une approche politologique et juridique ».

Dans ce mémoire de 149 pages réparties en 3 chapitres, le récipiendaire a souligné  que depuis plusieurs décennies, le contexte sociologique dans lequel est plongée la catégorie des autorités politico-administratives congolaises ayant fini leurs fonctions ou mandats, ne semble pas rassurant.

Le passage d’une vie abondante à une vie d’incertitude, parfois de misère, ainsi qu’un certain manque de considération au sein de la population des autorités politico-administratives, sont autant de faits plausibles qui ont retenu l’attention du récipiendaire.

Face à cette situation précaire des dirigeants congolais, le fil conducteur du récipiendaire a été de savoir pourquoi les autorités congolaises ne peuvent pas penser à leur protection socio-économique et juridique après l’exercice de fonctions officielles ?

Il  a cherché à savoir  dans cette recherche, si la façon dont les autorités publiques exercentl eurs fonctions en RDC pourrait avoir des incidences après fonction, avant de s’interroger sur l’existence en RDC d’une protection socio-juridique pour les gouvernants après leurs fonctions.

Une réglementation globale pour sécuriser les gouvernants après leurs mandats

Pour garantir davantage la sécurité socio-juridique et même économique,  l’assistant Fessam  Kumisa Kumisa,   a recommandé qu’une réglementation globale en cette matière soit initiée par le législateur afin de servir de garde-fou.

Il  a  également proposé  qu’ainsi que la garantie  d’un logement et un moyen de déplacement.

Il a également  préconisé l’octroi aux autorités politico-administratives après leurs fonctions, d’un passeport diplomatique et des soins de santé, d’un logement  et un moyen de déplacement ainsi que l’octroi à ces dernières de 30% de leur salaire dans le cadre  de fonction continue.

Un statut de consultant ou de mentor est également envisageable, a-t-il conclu.

Ce mémoire, qui  lui a valu la mention «distinction», a été examiné par un jury composé des professeurs Kabanda Matanda (président du jury), Kuna Maba Mambuku (secrétaire), Kazumba Tshiteya (directeur), Kaminar Nsiy Kawu (co-directeur et membre) et Kituku Kinzonzi (membre effectif).

Le vice-doyen, Pr Ngila Moke, chargé de la recherche à  la faculté des sciences sociales, politiques et administratives de l’UNIKIN a  conféré à l’assistant  Fessam  Kumisa Kumisa , le grade de DEA/DES. ACP/LC/Cfm/May

 

 

 

 

 

 

 

 

Kinshasa, 07 mars 2020 (ACP).- L’assistant Kumisa Kumisa Fessam,   du département des sciences politiques et administratives de l’Université de Kinshasa(UNIKIN), a défendu publiquement samedi  à l’UNIKIN, un mémoire de Diplôme d’études  approfondies OU Diplôme d’études supérieures  (DEA/DES) sur « la protection des autorités politico-administratives après leurs fonctions en RDC : une approche politologique et juridique ».

Dans ce mémoire de 149 pages réparties en 3 chapitres, le récipiendaire a souligné  que depuis plusieurs décennies, le contexte sociologique dans lequel est plongée la catégorie des autorités politico-administratives congolaises ayant fini leurs fonctions ou mandats, ne semble pas rassurant.

Le passage d’une vie abondante à une vie d’incertitude, parfois de misère, ainsi qu’un certain manque de considération au sein de la population des autorités politico-administratives, sont autant de faits plausibles qui ont retenu l’attention du récipiendaire.

Face à cette situation précaire des dirigeants congolais, le fil conducteur du récipiendaire a été de savoir pourquoi les autorités congolaises ne peuvent pas penser à leur protection socio-économique et juridique après l’exercice de fonctions officielles ?

Il  a cherché à savoir  dans cette recherche, si la façon dont les autorités publiques exercentl eurs fonctions en RDC pourrait avoir des incidences après fonction, avant de s’interroger sur l’existence en RDC d’une protection socio-juridique pour les gouvernants après leurs fonctions.

Une réglementation globale pour sécuriser les gouvernants après leurs mandats

Pour garantir davantage la sécurité socio-juridique et même économique,  l’assistant Fessam  Kumisa Kumisa,   a recommandé qu’une réglementation globale en cette matière soit initiée par le législateur afin de servir de garde-fou.

Il  a  également proposé  qu’ainsi que la garantie  d’un logement et un moyen de déplacement.

Il a également  préconisé l’octroi aux autorités politico-administratives après leurs fonctions, d’un passeport diplomatique et des soins de santé, d’un logement  et un moyen de déplacement ainsi que l’octroi à ces dernières de 30% de leur salaire dans le cadre  de fonction continue.

Un statut de consultant ou de mentor est également envisageable, a-t-il conclu.

Ce mémoire, qui  lui a valu la mention «distinction», a été examiné par un jury composé des professeurs Kabanda Matanda (président du jury), Kuna Maba Mambuku (secrétaire), Kazumba Tshiteya (directeur), Kaminar Nsiy Kawu (co-directeur et membre) et Kituku Kinzonzi (membre effectif).

Le vice-doyen, Pr Ngila Moke, chargé de la recherche à  la faculté des sciences sociales, politiques et administratives de l’UNIKIN a  conféré à l’assistant  Fessam  Kumisa Kumisa , le grade de DEA/DES. ACP/LC/Cfm/May

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here