Revue de presse de mercredi 18 mars 2020

0
244

Conseil des ministres extraordinaire sur le coronavirus

Dans leur majorité, les quotidiens parus mercredi, 18 mars 2020, à Kinshasa, se focalisent sur le conseil des ministres extraordinaire sur le coronavirus.

Agence congolaise de presse (ACP) note que le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, a présidé un conseil des ministres extraordinaire sur le coronavirus. Selon le compte rendu fait à la presse par le ministre d’Etat, ministre de la Communication et médias, David-Jolino Diwampovesa Makelele, le Chef de l’Etat a tenu à ce que le Gouvernement puisse prendre des mesures fortes en vue de l’éradiquer. Après avoir entendu le rapport du ministre de la Santé, complété par le Dr Muyembe, responsable du Secrétariat Technique ainsi que d’autres experts, faisant suite à la réunion de la Commission spéciale mise en place au cours de la 25ème réunion du conseil des ministres du vendredi 13 mars 2020, et pour éviter une chaine de contagion, des mesures importantes ont été arrêtées et feront l’objet d’un message spécial du Président de la République à la Nation dans les heures à venir.

Dans la même direction, le média public fait savoir que le Pr Jean-Jacques Muyembe Tamfum a indiqué, dans son exposé mardi, devant les élus du peuple réunis à l’hémicycle du Palais du peuple, sur les phénomènes épidémiologiques en RDC, que Ebola et le Covid-19 proviennent tous les deux des contacts de l’homme avec des animaux. Tout en faisant ce parallélisme, il a fait savoir qu’aujourd’hui, on est à la phase de la contamination d’homme à homme, pour Ebola aussi bien que pour le coronavirus. Parlant d’Ebola en RDC, le Pr Jean-Jacques MuyembeTamfum a souligné que la maladie a pris naissance en 1976 à Yambuku, dans le grand Equateur, avant de retracer les autres poussées de la maladie à Isiro et dans d’autres parties de la RDC, jusqu’à l’Est où elle est en phase terminale. Il a également parlé de ses modes de contamination, ainsi que des procédures entreprises pour son éradication progressive. Les épidémies passées de la maladie à virus Ebola, a-t-il dit,  ont été contenues en prenant des mesures de santé publique telles que le lavage des mains, la prise de température, le suivi des contacts et l’isolement des malades.

Sur l’adresse à la Nation, Forum des As fait remarquer que l’Exécutif congolais a décidé de renforcer la surveillance dans les portes d’entrée du pays, de réglementer les rassemblements publics et de prendre en charge les personnes contaminées. Les Congolais sont restés scotchés mardi 17 mars, à la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), dans l’attente de l’adresse du Président de la République sur des mesures préventives contre la propagation du coronavirus en RD Congo, fait observer le journal, poursuivant que ce message de Félix Tshisekedi annoncé quelques heures plus tôt de la soirée, a suscité des attentes légitimes de ses concitoyens, compte tenu de l’ampleur que prend au quotidien cette pandémie. Cependant, commente le quotidien, jusque très tard la nuit, le Président congolais n’a fait aucune apparition dans les médias, précisant qu’en lieu et place de la communication spéciale attendue de Félix Tshisekedi, c’est plutôt une copie du compte-rendu de la réunion restreinte du Gouvernement, tenue mardi à la Cité de l’Union africaine à Kinshasa, qui a atterri vers minuit dans les rédactions de certains tabloïds de la capitale.

La Prospérité se focalise de son côté, sur l’intervention du Dr Muyembe qui a invité la population à observer les mesures sanitaires vulgarisées. Devant les élus nationaux, écrit le journal, le virologue congolais a donné des explications détaillées tout en soulignant une certaine similitude qui existe entre le virus Ebola et le COVID-19.

Le Phare annonce pour sa part qu’en France, un Congolais est mort du coronavirus. Il n’y a pas que la peau blanche qui est vulnérable à l’épidémie de coronavirus, commente le journal,  comme voudraient le faire croire certaines mauvaises langues qui trouvent l’occasion d’ironiser même sur des questions délicates, touchant directement la santé publique.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here