Haut Katanga : la détection de deux cas Coronavirus crée une panique générale à  Lubumbashi  

0
258

Lubumbashi, 23 mars 2020 (ACP).- La ville de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut Katanga et deuxième métropole de la RDC avec une population en progression estimée à plus de cinq millions d’habitants en 2015, s’est réveillée ce lundi 23 Mars 2020 sous un climat de psychose générale à la suite de la détection la veille de deux cas de COVID-19, a constaté l’ACP.

En effet,  dimanche 22 mars 2020, deux cas de COVID-19 ont été constatés à l’aéroport international de la Luano après l’arrivée d’un vol de la compagnie Congo Air Ways en provenance de Kinshasa avec à son bord 77 passagers.

Cette nouvelle a été annoncée le même jour sur les antennes des chaines locales de radio et de télévision par le gouverneur du Haut Katanga, Jacques Kyabula Katwe, qui a décrété deux jours de confinement total de la population contrainte de rester à la maison.

Selon lui, il s’agit d’un homme de 47 ans et de son fils de 13 ans en provenance de Kinshasa qui sont déjà mis en quarantaine au centre de prise en charge de cette maladie ouvert non loin de l’aéroport international de la Luano.

 A ce sujet, Jacques Kyabula a précisé que des échantillons prélevés sur  ces cas suspects ont été transférés à l’INRB pour des analyses appropriées. Pour éviter la propagation de la maladie à l’intérieur de la province, les mouvements des personnes entre Lubumbashi et les autres villes et territoires de la province sont également suspendus pendant 48 heures, a-t-il souligné.

Recherche  pour récupérer les autres 75 passagers du vol

Le gouverneur du Haut Katanga justifie ces mesures par les recherches en cours pour récupérer les 75 autres passagers de ce vol pour les soumettre au test du COVID-19 pour éventuellement, les placer en quarantaine avec prise en charge dans un centre ouvert à cette fin.

Suite à l’l’appel  au confinement lancé  par  l’autorité provinciale, toutes les activités dans la ville de Lubumbashi sont complètement paralysées-marchés, boutiques, transport en commun, bureaux des services de l’Etat-, les avenues et rues sont  désertes et une  psychose générale règne dans la ville. Cette  paralysie d’activités  a des conséquences néfastes pour les foyers à faible revenu dépourvus de réserves alimentaires, note-t-on.

ACP/Fng/Kayu/Fmb/NKV

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here