Levée des boucliers contre la qualification de Mazembe, V.Club, Maniema Union et Motema Pembe pour l’Afrique

0
370

(par J.E. Nkongolo Kalala)

Kinshasa, 18 mai 2020 (ACP).- La communauté sportive nationale assiste depuis le mercredi 13 mai 2020 à la levée des boucliers contre la
décision de la Fédération congolaise de football association (FECOFA)
qualifiant les équipes TP Mazembe de Lubumbashi, l’AS Vita Club de Kinshasa, l’AS Maniema Union de Kindu et le DC Motema Pembe de Kinshasa pour les Coupes interclubs de la Confédération africaine de
football (CAF).

Mazembe, qui occupe la première place et Vita Club, la deuxième aux termes du classement du championnat de la Ligue 1 de la Ligue
nationale de football (LINAFOOT) que cette dernière instance lui a
soumis, sont qualifiés pour prendre part à la 25ème édition de la Ligue des champions de la CAF l’année prochaine, alors que Maniema Union et Motema Pembe, ont reçu le quitus de la FECOFA pour représenter la RDC à la 18ème Coupe de la Confédération en raison de leurs troisième et quatrième places à la 25ème édition du championnat national.


Pour le président du comité de direction de la JS Groupe Bazano de Lubumbashi, Michel Kasongo, cette décision prise par les instances qui gèrent le football en RDC est injuste dans la mesure où ils sont conscients que toutes les équipes n’ont pas joué le même nombre de matches,  regrettant que la FECOFA et la LINAFOOT n’ont pas procédé à la technique de la moyenne des matches pour toutes les équipes et estimant qu’ils ont pris cette décision avec une légèreté indescriptible sans tenir compte des efforts que d’autres clubs fournissent pour sortir tête haute.
« Je prends l’exemple de mon équipe. Nous n’avons jamais sollicité un
report pendant la compétition. En faisant leur calcul au niveau de la
LINAFOOT, ils faisaient tout pour que Bazano n’ait pas le même nombre
de matches avec les équipes kinoises de leur tendance. Les équipes de
l’Est qui devraient affronter Bazano à Lubumbashi et à domicile, ne
faisaient que solliciter des reports. Voilà que la JS Groupe Bazano
est sacrifiée
», a dénoncé Michel Kasongo.

En ce qui concerne la Ligue 2, le TS Malekesa de Kisangani n’arrive pas à s’expliquer le fait que la Jeunesse Sportive de Kinshasa (zone Ouest) et l’Etoile jaune de Lubumbashi (zone Centre-sud) puissent être qualifiés pour jouer à la Ligue 1 la saison prochaine, pendant qu’aucune équipe n’est retenue pour la zone Est.

Quand bien même d’autres clubs comme le FC Renaissance du Congo de
Kinshasa par l’entremise de son comité des supporters ont pris acte de la décision de la FECOFA, le président Michel Kasongo de Bazano a décidé de jeter l’éponge, estimant qu’il ne sert à rien d’évoluer dans un championnat où tout est boutiqué à l’avance.

« La saison prochaine peut-être avec d’autres dirigeants à la tête de
cette formation. Mais, avec notre comité, c’est fini, car nous sommes totalement déçus d’une décision dont nous ignorons son soubassement
légal. C’est une machination, car ils se sont rendus compte qu’en
faisant la moyenne des matches joués, leurs clubs préférés seront
classés en bas du classement et que Bazano se serait retrouvé parmi
les représentants aux prochaines compétitions africaines. C’est triste
et honteux
», a-t-il déploré.

Selon le secrétaire général adjoint de la FECOFA chargé des compétitions, Belge Sitwatala, qui a rendu publique la décision de son instance pour le championnat de la Ligue 1, il s’agit d’un cas de force majeur conformément à l’article 309 des Règlements généraux et sportifs (RGS) et que l’article 115 des statuts de la FECOFA confère à cette dernière d’y statuer.
L’AS Nyuki de Butembo, la lanterne rouge, et l’OC Bukavu Dawa du chef-lieu du Sud-Kivu, 15ème au classement, sont relégués en Ligue 2.

Pour leur part, la Jeunesse Sportive de Kinshasa, pour la zone Ouest, et l’Etoile jaune de Lubumbashi, pour la zone Centre-sud, sont promues en Ligue 1. L’AS Nyuki de Butembo, la lanterne rouge, et l’OC Bukavu Dawa,  15ème au classement, sont relégués en Ligue 2.

Y a-t-il lieu de relever le fait que tous les clubs, sinon un grand nombre, participent au championnat national pour en tirer les dividendes parmi lesquelles une place en compétitions africaines interclubs, lesquels dividendes ne sont pas le seul apanage d’un lobby. Tous engagent de leurs poches des moyens matériels et financiers considérables en vue de faire face aux différentes charges notamment les nombreux déplacements sur les lieux des rencontres, le séjour, la restauration et le paiement des primes des joueurs.

Quoi de plus normal que certains dirigeants affichent leur amère déception à la suite de la décision de la FECOFA après tant de sacrifices consentis, décision qui, selon toute vraisemblance, n’a pas tenu compte de toutes les considérations. ACP/Kayu

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here