Le ministère de la Justice autorise le Parquet de poursuivre les auteurs des actes de cybercriminalité

0
606

Kinshasa, 20 mai 2020(ACP)-.Le vice-Premier ministre, ministre de la Justice et garde des sceaux, Célestin Tunda Ya Kasende, a accordé au parquet près le tribunal de grande instance, le droit de poursuivre les auteurs de tous les actes relevant de la cybercriminalité en RDC, indique ce ministère dans un communiqué parvenu mardi à l’ACP. Le vice-Premier ministre Célestin Tunda Ya Kasende a précisé que sa démarche s’inscrit dans le cadre de la politique criminelle de tolérance zéro.

« Au regard des moyens modernes d’investigation et de l’arsenal juridique congolais à sa disposition, le ministère de la Justice met en garde les auteurs ainsi que les citoyens cybers connectés qui y participent ; et souligne que tous les actes décriés feront l’objet des poursuites pénales », a-t-il souligné.

Il affirme avoir constaté « avec regret la prolifération de mauvaises habitudes de la part de certains individus et officines pour nuire, à travers des montages grossiers, à l’image des institutions de la République, des personnalités politiques et de quelques acteurs du secteur privé bien ciblés », déplorant que « des fausses ordonnances présidentielles en images photographiques, montées et modifiées, avec sceaux officiels, abusivement publiées et diffusées sur internet et dans les réseaux sociaux ».

Le vice-Premier q souligné également que « D’autant que de tels documents sont couverts de confidentialité et sont uniquement destinés aux personnes et personnalités concernées, leur diffusion à un public indifférencié pose de sérieux problèmes d’éthique administrative, de manipulation de l’opinion, de viol de secret professionnel et de sécurité tant pour la fonction de ses signataires que pour l’Etat lui-même. Tous ces actes nocifs et répréhensibles, plus spécialement de ceux qui se servent du réseau internet et des outils numériques à des fins de divulgation des secrets de correspondance constituent des actes de cybercriminalité ».

En Conseil des ministres, le gouvernement a adopté une note d’information présentée par le vice-Premier, ministre de la Justice sur la cybercriminalité et la pédopornographie. Il avait  dit sa détermination à combattre cette criminalité qui porte gravement atteinte à la dignité des êtres humains, en particulier à celle des hauts responsables ainsi exposés au discrédit et à la manipulation.

Pour rappel, outre le trafic des documents officiels dans les réseaux sociaux, il y a également plusieurs vidéos compromettantes impliquant notamment des responsables politiques et religieux qui circulent sur les réseaux sociaux. La dernière vidéo implique le pasteur Pascal de l’église Assemblée chrétienne de Kinshasa (ACK) qui a été traduit en justice pour viol, menaces de mort et rétention des documents parcellaires par une certaine Mimi Tshibola. ACP/Kayu