La sécurité dans l’Est du pays évoquée à la Présidence de la République

0
623

Kinshasa, 27 mai 2020 (ACP)- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a eu des entretiens, mardi à la cité de l’Union africaine, avec Mme Leila Zerrougui, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, sur notamment la situation sécuritaire du moment dans l’Est du pays et l’apport de la MONUSCO dans la riposte contre la pandémie de COVID 19 en RDC.

La cheffe de la MONUSCO a déclaré à la presse à l’issue de l’audience, qu’elle a aussi évoqué avec le Chef de l’État, en tant que partenaire, certains éléments d’informations sur terrain en sa disposition, afin de voir comment coordonner les actions et les efforts en vue de parvenir aux solutions idoines.

Pour Mme Zerrougui, sa rencontre avec le Chef de l’État fait également suite à la  multitude des cas de violences et d’atrocités vis-à-vis des populations civiles enregistrés dans l’Est du pays. Elle a ainsi indiqué avoir été informée que dans la zone de Djugu, en Ituri, 150 écoles et 18 hôpitaux ont été incendiés par des groupes armés. 

« C’est un crime », s’est-elle exclamée, avant de lancer un appel aux populations notamment de l’Ituri, Nord-Kivu et Sud-Kivu de ne pas s’associer ou s’identifier aux groupes armés.

Pour mettre fin à ces atrocités, elle a préconisé notamment, le renforcement de la présence militaire et de l’administration locale ainsi que la réconciliation communautaire des populations. « C’est dramatique, c’est criminel, il faut que la population se sente suffisamment sécurisée », a-t-elle  conclu. ACP/ Kayu