L’avenir du cinéma congolais nécessite des lois pour protéger ce métier, estime le Pr Romain Ndomba

0
1109

Kinshasa, 28 mai 2020 (ACP),-Le Pr Romain Ndombe en art dramatique à l’Institut national des arts (INA), a déclaré, mercredi, au cours d’une déclaration à la presse que l’avenir du cinéma congolais nécessite des  lois pour protéger ce domaine.

Celui-ci a articulé son intervention autour de trois axes notamment « de ne pas penser que les bonnes choses » et que « les films et les restes ne pourront nous venir de l’extérieur ». 

Pour lui, le second aspect implique la mise en œuvre des moyens par les dirigeants pour promouvoir l’art en vue d’avoir un avenir dans ce domaine et ne pas penser que les arts sont justes pour la détente ou une distraction.

Enfin, il a mis un accent sur la prise de conscience de tous les pratiquants de ce métier. «  Il faut  se dire que ce n’est pas parce qu’on a échoué dans tel ou tel autre domaine de la vie qu’on peut venir faire du théâtre ou du cinéma. Ce secteur est réservé aux gens intelligents qui ont l’esprit éveillé avec une certaine pertinence dans l’analyse des faits pour pouvoir en faire quelque chose », a-t-il conclu. 

Le Pr. Ndomba a déploré le fait que les écoles des arts en RDC servent donc de prestige parce qu’après la formation, il n’y a pas une organisation nationale assurant ce métier. Pour parler d’un avenir, il serait donc préférable que le gouvernement congolais crée une structure et y mettre des moyens adéquats. 

Parce, estime-t-il, que ce domaine est générateur des recettes et c’est aussi une autre façon en utilisant le cinéma de vendre positivement l’image de RDC. ACP/Kayu