L’OMS appelle les gouvernements à mettre en œuvre les politiques intégrées de lutte antitabac

0
360

Kinshasa,  02 juin 2020 (ACP).- La directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Afrique, Matshidiso Moeti a, dans son message, appelé les gouvernements à mettre en œuvre les politiques intégrées de lutte antitabac,  a  l’occasion de la célébration le 31 mai de chaque année de la journée mondiale sans tabac.

Le thème retenu cette année : « Protéger les jeunes contre les manipulations de l’industrie ». Mme Matshidiso  a, à cet effet, 

mis l’accent sur les dangers du tabagisme et de l’exposition à la fumée du tabac et plaide en faveur de l’adoption de politiques efficaces pour sauver des vies.

Elle a profité de l’occasion pour  lancer  une campagne mondiale contre la commercialisation de tabac dont la finalité est de faire contrepoids aux tactiques agressives déployées par l’industrie du tabac pour attirer une nouvelle génération de consommateurs. 

« Nous aurons besoin de tout le monde pour mener à bien cette campagne, étant donné que l’industrie investit huit milliards de dollars par an pour commercialiser ses produits mortels », a déclaré Mme Matshidiso », avant d’ajouter : « Nous savons que le tabac tue la moitié de ses consommateurs et que les fumeurs sont exposés à un risque plus élevé de contracter une forme grave de la maladie à Coronavirus 2019 (COVID-19) et de mourir s’ils sont infectés par cette maladie ».

Tout en précisant que l’utilisation de la cigarette électronique accroît le risque pour l’usager de contracter des maladies cardiaques et de souffrir de troubles pulmonaires, alors que la nicotine contenue dans ces produits peut mettre à mal le développement du cerveau chez l’enfant, la directrice regionale de l’OMS pour l’Afrique  a soutenu que  toutes les formes de tabagisme sont nocives et il n’existe pas de niveau d’exposition sans risque au tabagisme passif.

Mme Matshidiso Moeti a également laissé entendre que l’utilisation de la pipe à eau (souvent appelée « chicha ») est tout aussi nocive que les autres formes de tabagisme, et le tabac à chiquer peut provoquer le cancer de la bouche, la perte de dents et une maladie des gencives.

Elle a par ailleurs, fait savoir que dans la région africaine, 94 millions d’hommes et 13 millions de femmes, ainsi qu’un adolescent sur cinq, utilisent les produits du tabac.

« Le tabagisme est en augmentation chez les jeunes filles âgées de 13 à 15 ans et la consommation de produits du tabac autres que la cigarette progresse dans la région », a-t-elle dit.

Chaque année, 146.000 Africains meurent des suites de maladies liées au tabagisme et  le traitement des maladies liées au tabagisme représente en effet 3,5 % des dépenses de santé annuelles totales effectuées dans la région.

En outre, pour lutter contre la morbidité et la mortalité liées au tabagisme, 26 pays africains  ont interdit de fumer dans les lieux publics, et 10 de ces pays ont institué des interdictions complètes des produits à base de tabac et trente-quatre pays  ont interdit la publicité en faveur du tabac, tout comme la promotion et le parrainage de ses produits. 

Cependant, en essayant de protéger leurs citoyens, bon nombre de gouvernements font face aux menaces de l’industrie et à des actions intentées en justice pour rendre inefficaces les mesures prises.

En vue de permettre aux États membres de lutter contre l’ingérence de l’industrie du tabac, elle a déclaré : « nous continuerons à œuvrer de concert avec nos partenaires pour en finir avec les idées reçues, pour dénoncer les manœuvres dilatoires et renforcer les politiques axées sur de meilleurs résultats sanitaires ».

Aujourd’hui, au moment où le monde célèbre  la Journée mondiale sans tabac, elle a lancé un appel à tous les jeunes à se joindre  à la lutte contre l’épidémie de tabagisme. 

Elle a encouragé les groupes de jeunes à mettre en mouvement une dynamique pour une génération sans tabac, avant d’exhorter les célébrités et les personnalités influentes à rejeter toute forme de parrainage de l’industrie du tabac.

Elle a aussi invité les parents, les auxiliaires de vie et les enseignants à sensibiliser les enfants aux méfaits de l’usage des produits du tabac et à plaider pour l’interdiction totale de fumer dans les lieux publics et pour l’interdiction de toute forme de publicité en faveur du tabac.

Grâce à la solidarité internationale, les jeunes d’aujourd’hui peuvent monter la voie en devenant la première génération sans tabac, a conclu Mme Matshidiso. ACP/Kayu