Pékin appelle Londres à cesser toute ingérence à Hong Kong

0
548

Kinshasa, 04 juin 2020 (ACP).- Le Royaume-Uni a été sommé par la Chine, mercredi, de « cesser immédiatement toute ingérence » dans les affaires hongkongaises, après l’appel de Londres à ne pas imposer une loi controversée sur la sécurité nationale dans le territoire autonome, a-t-on appris des agences internationales de presse. 

Selon ces sources, le secrétaire d’Etat britannique en charge des Affaires étrangères Dominic Raab a évoqué la question hongkongaise au parlement. Le gouvernement chinois n’est pas de ceux qui se laissent dicter leur politique intérieure.

« Nous conseillons à la partie britannique de cesser immédiatement toute ingérence dans les affaires hongkongaises et les affaires intérieures de la Chine », a lancé, mercredi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères à l’adresse du gouvernement britannique. 

 Zhao Lijian réagissait à l’appel de Londres à ne pas imposer la loi sur la sécurité nationale sur le territoire autonome. Le projet de loi, qui a obtenu le feu vert du parlement chinois, prévoit de punir les activités séparatistes, « terroristes », la subversion, ou encore les ingérences étrangères dans le territoire.

Le gouvernement central ne reculera pas sur les projets de législation concernant la sécurité nationale, a confirmé pour sa part la cheffe de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam mercredi.

Le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Australie et le Canada ont publiquement exprimé leurs craintes. Et le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a exhorté mardi Pékin à renoncer à cette loi.

« Il est encore temps pour la Chine de réfléchir, de s’éloigner du précipice et de respecter l’autonomie de Hong Kong et ses propres obligations ainsi que ses obligations internationales », avait-il déclaré. Une remarque qui n’a pas tardé à faire réagir à Pékin.

« Nous conseillons à la partie britannique d’abandonner sa mentalité de Guerre froide, son état d’esprit colonial, de reconnaître et de respecter le fait que Hong Kong a été rendu » à la Chine, a indiqué Zhao Lijian.

Par ailleurs, le Premier ministre Boris Johnson a pour sa part déclaré mardi qu’il proposerait à des millions de Hongkongais des passeports et un possible accès à la citoyenneté britannique si Pékin appliquait cette loi. « La Grande-Bretagne ne cherche pas à entraver la montée de la Chine » sur la scène internationale, a assuré Boris Johnson.

 « La Grande-Bretagne veut seulement que Hong Kong prospère dans le cadre d’un pays, deux systèmes. ». ACP/Kayu