Les jeunes leaders du Kongo Central s’activent à recréer la confiance au sommet de leur province

0
960

Kinshasa, 08 juin 2020 (ACP).- Les jeunes leaders du Kongo Central, un mouvement d’encadrement  de la jeunesse de cette province basé à Kinshasa, s’active à travailler pour recréer la confiance et l’harmonie rompues au sommet de cette entité entre le gouvernement et l’assemblée provinciale, depuis qu’une motion de défiance ‘’controversée ‘’ avait exigé la démission du gouverneur Atou Matubuana.

Le porte-parole de cette structure, Guy Roger Nseka a lu a ce sujet une déclaration parvenue lundi à l’ACP au cours de laquelle ces jeunes leaders ont réaffirmé, à l’issue de leur réunion tenue le week-end dernier, leur détermination à ramener les deux parties à la raison, pour l’intérêt supérieur de la province.

 Pour y parvenir, ils ont appelé les ainés et les notables à soutenir leur démarche car ils estiment que « le refus de collaborer  entre  eux bloque le fonctionnement normal des institutions et  ne contribue pas au décollage de la province, profondément minée par des conflits internes et divisée à cause des appartenances aux camps’’.

Pour ces jeunes, le gouvernement provincial dirigé par Atou Matubuana et l’assemblée  provinciale par Anatole Matusila sont contraints de mettre l’eau dans leur vin et passer l’éponge sur tout ce qu’il y a eu.

‘’S’il faut conclure des alliances contre nature pour ramener la confiance mutuelle, la quiétude de la population et la stabilité des institutions, ils n’ont pas de choix car ils ont pris la province en otage à la suite de leurs divergences’’. Et d’ajouter : ‘’le navire Kongo central est en train de faire naufrage dans les eaux du fleuve Congo. Il faut rapidement apporter secours pour sauver des milliers des vies humaines’’.

Rappels des faits

Un conflit ouvert règne au sommet de la province du Kongo central. Un groupe de députés provinciaux, sous la conduite du président de l’organe avait délocalisé une plénière au cours de laquelle ils ont exigé la démission du gouverneur, accusé d’avoir fomenté une affaire de sextape à l’endroit de son adjoint.

Le gouvernement Ilunkamba avait mis sur pied une commission spéciale dirigée par le vice premier ministre de la justice pour examiner la question. La commission n’a jamais rendu publiques  les conclusions de ses travaux alors que le gouverneur a déjà retrouvé son fauteuil. ACP/Kayu