Le gouverneur du Kongo Central n’a pas été contraint à démissionner, selon le porte-parole

0
693

Matadi, 09 juin 2020 (ACP).- Le ministre provincial de la Justice et porte-parole du gouvernement du Kongo Central, Edouard Samba Nsitu a indiqué, dans un point de presse lundi soir à Matadi en rapport avec l’arrêt rendu le 29 mai dernier par la Cour constitutionnelle, que cette dernière n’a pas contraint le gouverneur du Kongo Central à démissionner.

« Dans cet arrêt, la Cour n’a fait qu’expliquer exactement le contenu des articles 147 al 2 et 198 al 9 de la Constitution, sans une moindre contrainte à l’heure qu’il est pour le gouverneur de démissionner », a relevé M. Samba, au sujet de cet arrêt qui défraie la chronique dans la province.

Il a rappelé que le président de l’Assemblée provinciale du Kongo Central avait saisi la haute cour par sa requête du 8 février sollicitant l’interprétation de l’article 147 al 2 de la Constitution, appliqué aux membres du gouvernement provincial, conformément à l’article 198 al 9 de cette Constitution.

Statuant sur la requête en question à son audience du 29 mai, la Cour dit que l’article 147 al 2 de la Constitution telle qu’elle a été interprétée selon l’esprit du législateur et la lettre dispose qu’après l’adoption d’une motion de défiance contre un membre du gouvernement provincial, oblige le dernier à cesser d’exercer immédiatement ses fonctions  et de remettre sa démission pour le gouverneur et vice-gouverneur au Président de la République et pour les ministres provinciaux au gouverneur de province, a-t-il notamment souligné.

« Le gouvernement provincial se pose la question sur les agitations autour de la démission du gouverneur Atou », a dit le porte-parole du gouvernement provincial qui a appelé la population de sa province à la paix, au calme et à la retenue quand il s’agit de commenter les décisions des cours et tribunaux, avant de lui demander  d’éviter l’intox, la désinformation et la distraction. ACP/Kayu