La problématique de l’insécurité en RDC au centre d’un débat engagé au Sénat

0
551

Kinshasa 11 juin 2020(ACP)-.La problématique de l’insécurité grandissante  en RDC a été débattue mercredi, au Sénat, au cours d’une séance plénière dirigée par le président de la chambre Haute du parlement, Thambwe Mwamba, à la suite d’une question orale avec débat de la sénatrice Francine Muyumba Furaha, adressée au vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières, Gilbert Kankonde Malamba. Dans sa question, la sénatrice Francine Muyumba s’est interrogée sur la situation d’insécurité «  jamais vécue  auparavant » des hommes en tenue militaire et des miliciens d’un certain parti politique, de même que le climat d’insécurité à Kasumbalesa dans le Haut-Katanga ainsi que la multiplicité de la criminalité urbaine, des groupes armés au Nord et au Sud-Kivu de même qu’en Ituri, mais aussi aux frontières de la RDC. Dans sa réponse, le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières a rappelé que de manière générale, cette situation préoccupe au plus haut point le gouvernement de la République qui a dépêché dernièrement dans le Haut-Katanga une mission de travail. Il a fait valoir des décisions prises à l’issue de cette mission notamment le rappel du commandant de la Zone d’opération, du commandant de la 2ème région à Kinshasa ainsi que la redynamisation du centre de coordination des opérations. Plus de 600 militaires ont été ramenés au centre de formation à Kamina. Ces mesures sont en cours d’exécution, a-t-il dit,  en dépit de la présence de la COVID-19. Malgré cet état des choses, a-t-il précisé, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo ne ménage aucun effort pour voir la situation s’améliorer. Il a parlé ensuite, de la résurgence du terrorisme au Nord et au Sud-Kivu ainsi qu’en Ituri où on constate des incursions des groupes armés ADF, FDLR et même des étrangers Mbororo. Le vice-Premier ministre a souligné que les provinces du Nord et du Sud-Kivu ainsi que l’Ituri sont des Zones opérationnelles du fait de l’activisme des forces négatives, traquées par les FARDC. Il a fait valoir la nécessité du renforcement des capacités des forces loyalistes, des équipements, des infrastructures en vue de déploiement opérationnel. Le débat a tourné autour des causes de cette nouvelle forme d’insécurité dans le Haut-Katanga, l’invasion des armées étrangères du territoire national, le mauvais comportement sur le terrain des policiers, la problématique des Kuluna (banditisme urbain), l’incident de mardi au grand marché de Kinshasa, l’impaiement des députés provinciaux, etc. Auparavant, il avait été décidé qu’une commission d’enquête sera envoyée au ministère des Transports et voies de communication à la suite de la question orale avec débat du sénateur José Makila sur l’évolution des travaux de la nouvelle aérogare à l’aéroport de Ndjili. Le vice-Premier ministre est attendu lundi pour répondre aux préoccupations des représentants des provinces.  ACP/Kayu