Le virus Ebola identifié à l’Équateur est différent de celui retrouvé dans l’est du pays, selon l’INRB

0
253

Kinshasa, 11 juin 2020 (ACP).- Une nouvelle analyse de la séquence génétique effectuée par l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) de la RDC, a révélé que le virus Ebola, identifié dans la province de l’Équateur, à l’ouest de la RDC, est différent de celui qui a infecté plus de 3.400 personnes dans l’est du pays, a-t-on appris du compte-rendu de l’actualité des Nations Unies en RDC de mercredi.

Selon la source,  ce virus de la 11ème   épidémie d’Ebola annoncée le 1er juin 2020 après qu’un groupe de cas ait été détecté à Mbandaka, est aussi distinct du précédent qui a frappé la même région de l’Equateur en 2018.

L’enquête est en cours pour déterminer la source du nouveau foyer, mais il est probable qu’il soit d’origine animale.

« Nous ne sommes pas surpris de constater qu’il n’y a aucun lien entre l’épidémie actuelle à Mbandaka et les deux précédentes. Les foyers actuels d’Ebola sont très éloignés les uns des autres et une interdiction de vol est en vigueur en raison de la COVID-19 », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique.

Les autorités sanitaires nationales, soutenues par l’OMS et ses partenaires, a-t-il ajouté, ont mené une action efficace contre le virus Ebola dans l’est de la RDC, malgré d’énormes difficultés. « Nous espérons que la même expertise nationale sera mise à profit pour surmonter l’épidémie actuelle à Mbandaka », a souhaité  Dr Matshidiso Moeti.

D’après Dr Moeti, l’OMS compte plus de 20 employés sur le terrain pour soutenir le ministère de la Santé et ses partenaires dans leur réponse à l’épidémie de Mbandaka et dans la communauté rurale de Bikoro. Du personnel supplémentaire arrivera cette semaine pour aider le ministère de la Santé à contenir l’épidémie.

Au cours des deux dernières années, l’OMS a travaillé avec le ministère de la Santé de la RDC, les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, le Mouvement de la Croix-Rouge, l’UNICEF et d’autres partenaires pour renforcer la capacité de réponse aux épidémies d’Ebola en RDC.

« Le virus Ebola est endémique dans les réservoirs animaux de la RDC, c’est pourquoi on s’attendait à l’apparition de nouveaux cas », a déclaré Dr Moeti.

« Bien que la nouvelle épidémie d’Ebola à Mbandaka représente un défi, c’est un défi que nous sommes prêts à relever. Avec chaque expérience, nous réagissons plus rapidement et plus efficacement », a-t-il dit.

En collaboration avec le ministère de la Santé et ses partenaires, l’OMS a déployé des vaccinateurs dans les zones touchées. Plus de 600 personnes ont été vaccinées dans les zones de santé de Mbandaka et Wangata. Jusqu’à présent, 2. 200 doses de vaccin ont été livrées et d’autres sont attendues à la fin de la semaine.

L’OMS s’est engagée à appliquer les enseignements tirés des précédentes épidémies d’Ebola, notamment en renforçant l’engagement auprès des communautés et en faisant en sorte que les autorités sanitaires locales dirigent la riposte au niveau local. L’OMS a pris contact avec les principaux groupes communautaires, tels que les chefs de communauté, les chefs religieux et les groupes de jeunes dans les zones touchées. ACP/Kayu