Plusieurs films tournés en mode « Lisungi » sont allés plus loin et remportés des grands prix, selon le cinéaste Perrin Kam

0
966

Kinshasa, 11 juin 2020 (ACP) Le cinéaste Perrin Kam a affirmé, mercredi, dans un entretien avec l’ACP que plusieurs films tournés en mode « Lisungi » et remportés des grands prix, expliquant que tout part d’une idée qu’il faut noter pour en faire un scénario. Ainsi cela est fait, il faut réfléchir sur comment le rendre un film.

Il a fait remarquer que la production d’un film demande tellement du paquet que souvent par manque de ce moyen, certains cinéastes se réunissent parfois même avec des amateurs du métier pour faire de cette idée un film. En RDC, ce genre de production est appelé « Lisungi Production ».

Perrin Kam explique en conte c’est que ce qu’un Lisungi Production : « c’est une formule simple : j’ai une idée, je n’ai pas d’argent pour la réaliser, j’en parle à un ami, à mes frères acteurs, s’ils apprécient l’idée, on commence à réunir des moyens et des personnes pour la réaliser ».

Un tel projet réunissant des différentes personnes, il faut avoir un grand cœur pour l’accepter, a-t-il précisé, ajoutant que « faire le Lisungi Production, c’est avoir un cœur, une passion et une vision ».

Dans toute œuvre humaine, il y a les hauts et les bas. « Lorsque ça marche, il y a plusieurs films tournés en mode Lisungi qui sont allés plus loin et remportés des grands prix. Le seul problème qui intervient c’est la reconnaissance de l’équipe après que le film aie récolté ses fruits. Il y a ceux qui sont malins et prennent seuls l’argent sans penser aux autres qui ont contribué lors du tournage », a-t-il relevé.

Aussi, il propose l’harmonisation des choses, tout doit se faire sur papier par contrat, afin d’éviter l’abus de confiance et que chaque personne qui a contribué dans la réalisation du film bénéficie du fruit du travail réalisé par les différents acteurs. ACP/Kayu