Le gouvernement britannique contre le prolongement des liens du Royaume-Uni avec l’UE au-delà de la fin de l’année

0
217

Kinshasa, 12 juin 2020 (ACP) — Le Royaume-Uni ne prolongera pas ses relations de transition avec l’Union européenne (UE) au-delà du 31
décembre, a déclaré jeudi Penny Mordaunt, trésorière-payeuse générale
du gouvernement britannique, cité par des médias internationaux.

Après avoir constaté une absence de progrès dans les négociations entre
Londres et Bruxelles la semaine dernière, Mme Penny Mordaunt a déclaré
à la Chambre des communes (la chambre basse du Parlement) qu’accepter
une prolongation ne servirait qu’à rallonger la période de négociation avec l’UE, et donc à faire durer l’incertitude.

Mme Mordaunt, qui briefait les parlementaires britanniques sur le quatrième cycle de négociations entre le gouvernement britannique et l’UE, a laissé entendre qu’il n’y avait eu aucun progrès sur les
principales questions durant les pourparlers de la semaine dernière.

« Il y a des questions très difficiles, dont celle de la pêche. Nous demandons que nos droits de pêche soient respectés, et nous ne céderons pas », a-t-elle souligné. Le Royaume-Uni a mis fin à son appartenance au bloc européen le 31 janvier, mais continuera à suivre les règles de l’UE pendant une période de transition qui va jusqu’au 31 décembre, afin de se donner le temps de conclure un accord commercial permanent avec l’UE.

Pendant cette période, le Royaume-Uni devra continuer à alimenter les fonds européens, mais n’aura pas son mot à dire sur les lois imposées par Bruxelles. Mme Mordaunt a rejeté les appels de plusieurs députés de l’opposition à prolonger la période de transition pour une durée allant jusqu’à un an.

Elle a insisté que le gouvernement souhaitait parvenir le plus tôt possible à un accord afin de permettre aux entreprises de se préparer.

 « Nous devons achever les négociations et obtenir un résultat satisfaisant pour permettre à nos citoyens et à nos entreprises de se préparer aux nouveaux accords frontaliers. Le peuple britannique ne veut pas retourner à l’incertitude, il veut de la clarté », a-t-elle affirmé, ajoutant qu’un bon accord était dans l’intérêt des deux parties. ACP /Kayu