La CPI dénonce les sanctions « inacceptables » prises par les États-Unis

0
623

Kinshasa, 13 juin 2020 (ACP).- Le président américain Donald Trump a autorisé des sanctions économiques contre la Cour pénale internationale pour dissuader la juridiction de poursuivre des militaires américains, soupçonnés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en Afghanistan. La CPI a, elle, « rejeté » une « tentative inacceptable de porter atteinte à l’État de droit », ont indiqué des agences de presse internationale.

Déjà engagé dans une offensive sans précédent contre la Cour pénale internationale, Donald Trump a encore haussé le ton, jeudi, en annonçant des sanctions économiques à son encontre pour dissuader la juridiction de poursuivre des militaires américains, soupçonnés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en Afghanistan. La CPI a déploré une « une série d’attaques sans précédent » qui constituent une « tentative acceptable
de porter atteinte à l’État de droit ».

« Le président Trump a autorisé des sanctions économiques contre des responsables de la Cour pénale internationale qui prendraient part
directement à tout effort pour enquêter sur des militaires américains, ou pour les inculper, sans le consentement des États-Unis », a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué. « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés pendant que nos gars sont menacés par un tribunal bidon – et nous ne le ferons pas », a ensuite martelé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. Il s’est affiché devant les caméras avec ses collègues de la Défense et de la Justice ainsi que le conseiller présidentiel à la sécurité nationale, lors d’une démonstration de force médiatique. Dans un communiqué, le Président de l’assemblée des États parties de la CPI, le juge O-Gon Kwon, a rejeté ces sanctions, qui « entravent notre effort commun pour combattre l’impunité et garantir la mise en œuvre de l’obligation de rendre compte d’atrocités de masse ». ACP/Kayu