Les membres du call center en formation pour la réactivation du numéro vert 122

0
700

Kinshasa 13  juin 2020 (ACP).- La conseillère spéciale du Chef de l’État en charge de la jeunesse et la lutte contre les violences faites à la femme, Chantal Yelu Mulop,  a lancé mercredi à Kinshasa, la session de formation des membres du Call center du numéro vert 122. 

Durant 3 jours soit du 10 au 12 juin 2020, ces téléopérateurs vont être dotés des connaissances en vue d’assurer la prise en charge des victimes des violences basées sur le genre, grâce à l’appui technique et financier du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH).

L’objectif est, selon Chantal Yelu Mulop, d’offrir une opportunité de dénonciation et une assistance aux victimes des violences en organisant des services de gestion des cas à distance.

« L’activité est très importante, ça fait presqu’un an que ce centre qui existait avant, ne fonctionnait plus et on a constaté que le taux des violences basées sur le genre a augmenté. Et ça a sonné une cloche chez le Président de la République qui nous a demandé d’activer ce centre pour pouvoir servir toute la population à travers le pays et que ce centre puisse fonctionner 24h/24h non-stop.

Comme ça, une femme qui se fait violer à une heure du matin, elle peut directement appeler le centre qui va lui offrir différents services psychologique et juridique », a expliqué la conseillère Chantal Yelu Mulop. 

Pour sa part, le représentant adjoint de l’UNFPA-RDC a salué l’initiative de la conseillère du chef de l’État de relancer ladite ligne verte. 

« C’est le moment opportun pour essayer d’intervenir pour aider les gens qui sont victimes de ces violences. Nous saluons, du côté de l’UNFPA, l’initiative du bureau de Mme la conseillère de relancer la ligne verte et nous faisons partie de ça parce que nous sommes convaincus que ça fait partie des activités très importantes pour aider les victimes à avoir accès au soutien dont elles ont besoin. Ça va aussi faciliter l’accès aux soins médicaux », a dit Victor Rakoto. 

Le numéro vert 122, rappelle-t-on,  a été réactivé par Chantal Yelu Mulop au mois de mai dernier. Il permet aux femmes congolaises de dénoncer les violences dont elles sont victimes, en vue d’une prise en charge médicale et psychologique. ACP/Kayu