La police de Tshangu sensibilisée sur les droits de l’homme et les mesures barrières liées à la COVID-19

0
851

Kinshasa, 15 juin 2020(ACP).– L’Action contre les violations des personnes vulnérables (ACVDP), en collaboration avec le commissariat urbain de la PNC, district de la Tshangu a sensibilisé vendredi, trente (30) officiers de la police judiciaire de la Police nationale congolaise du district de Tshangu, ville de Kinshasa, aux questions des droits de l’homme, de la participation citoyenne ainsi qu’au respect des mesures barrières contre la Covid-19.

Me Valère Ucha, qui animait cette séance de sensibilisation, a abordé sous double module, les notions de droits de l’homme et la participation citoyenne y compris des mesures barrières liées à la maladie de la Covid-19.

Me Valère Ucha a expliqué aux officiers de police judiciaire de Tshangu les notions de base liées aux droits de l’homme, avant de définir les droits de l’homme et parler des instruments juridiques au niveau international, régional et national ainsi que  de la participation citoyenne.

Dans une approche participative, un échange riche s’en est suivi où ces auxiliaires de justice ont présenté les difficultés qu’ils éprouvent dans l’exercice de leur tâche.

Pour sa part, les OPJ ont déploré le fait qu’ils ne soient pas protégés et souvent sont exposés à toutes formes de violences.

L’orateur a salué l’initiative de l’ONG « ACVDP » d’organiser cette séance de sensibilisation en cette période où le pays est confronté à une crise sanitaire due à la  Covid-19 et où les droits de l’homme sont souvent violés.

Pour lui, la RDC en tant que pays démocratique et de droit, il est de bon droit que les OPJ qui sont toujours en contact avec les justiciables, soient suffisamment informés sur les droits de l’homme qui doivent être respectés et aussi jaugés le niveau de participation citoyenne.

Me Ucha a souligné que ces OPJ ont pris l’engagement de respecter les droits de l’homme et de s’impliquer davantage dans la participation citoyenne.

« Quand bien même que les OPJ ont le pouvoir d’arrêter, de détenir, ils doivent le faire dans le respect des droits de l’homme et des libertés des citoyens », a-t-il dit.

De son côté, le président de l’ONG « ACVDP », Crispin Kobolongo, a indiqué que l’objectif de cette séance de sensibilisation est d’améliorer la collaboration entre la population et les autorités politico-administratives et policières.

Selon lui, il a été question de dire aux policiers ce qu’ils doivent réellement faire par rapport à leur mission régalienne de protection des personnes et de leurs biens sur terrain et aussi à la protection des droits de l’homme dans leur contrée qu’est le Tshangu.

En outre, les participants ont été édifiés sur les 12 règles à respecter pour protéger la population. Il s’agit entre autres: informer immédiatement la personne arrêtée de ses droits, l’informer des motifs de son arrestation dans la langue qu’elle comprend, ne pas garder à vue une personne arrêtée plus de 48 heures.

Il a saisi l’occasion pour inviter les policiers à faire respecter les gestes barrières, à protéger la population victime de la pandémie contre la stigmatisation et  à respecter les mesures de prévention.

Aussi face aux difficultés présentées par les participants, le président de l’ACVDP a promis de faire le plaidoyer auprès des autorités pour la protection des policiers dans l’exercice de leur mission régalienne de protéger les personnes et de leurs biens.

Auparavant, le Major Nzita avait remercié tous les OPJ de cette juridiction  d’avoir répondu présents à cette activité qui s’est déroulée en deux phases pour 15 personnes par séance compte tenu de mesure interdisant tout rassemblement de plus de 20 personnes. Des supports matériels ont été distribués aux différents participants.

Il sied de rappeler que cette activité s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase du projet de sensibilisation pour une meilleure protection des droits de l’homme et participation citoyenne dans la ville province de Kinshasa,  lancée  mercredi dernier dans le district de la Tshangu, en présence des autorités politico-administratives. ACP/Kayu