Le doublement des classes est à encourager, selon une responsable du RECIC

0
590

Kinshasa, 15juin 2020(ACP).- La coordinatrice du Conseil d’administration du Réseau d’éducation civique au Congo (RECIC), Florence Mbwiti  a encouragé les parents à ne pas s’inquiéter  en cas d’année scolaire et académique  2019-2020 blanche suite au COVID 19, au cours d’une causerie morale organisée samedi au quartier  Kimbwala, dans la commune de Mont-Ngafula, en marge de la Journée internationale contre le travail forcé des enfants.

Mme Mbwiti a expliqué à l’assistance l’importance de la reprise d’une classe en termes de la possibilité d’approfondissement et de maîtrise des matières apprises en raison de leur récapitulation. Elle était étonnée de constater le regret de la plupart des parents convaincus d’avoir perdu leur argent pour le paiement des frais scolaires, exercice 2019-2020.

La coordinatrice du RECIC a, en outre, encouragé ses hôtes à avoir de la patience d’autant plus qu’au sujet,  notamment,  du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), le ministre d’Etat, Willy Bakonga continue à donner de l’espoir de reprise des cours, soutenant qu’il ne restait que 30 jours, au minimum, pour parachever l’année scolaire.

« La même réalité est enregistrée au ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) où dans beaucoup d’établissements, un bon nombre d’enseignants attestent avoir épuisés leurs matières », a-t-elle dit,  pensant que les autorités académiques et scolaires ont la possibilité de retarder la rentrée académique et scolaire 2020-2021, question de parachever correctement l’année académique et scolaire en cours.

La jouissance de la bonne santé, a-t-elle observé, vaut plus que toute nourriture, si scientifique soit-elle, ajoutant qu’il est nécessaire de trouver au préalable un vaccin et un remède  contre la Covid-19 avant d’autoriser la sortie des enfants en direction des écoles. ACP/Kayu