Poursuite de la campagne  » vrai mobali  » lancée par l’ONG Habari RDC

0
526

Kinshasa, 15 juin 2020(ACP).- La campagne de sensibilisation à la masculinité positive, dénommée « vrai mobali « , lancée  le 1er  Juin dernier par l’Ong  « Habari RDC »  se poursuit normalement à travers la ville de Kinshasa, a déclaré le coordonnateur de cette structure Guy Muyembe au cours d’un entretien samedi avec  l’ACP.

Il a fait savoir que cette campagne est axée sur la promotion de la masculinité positive par opposition à la masculinité toxique. La première est celle qui pousse les hommes à encourager l’égalité homme-femme tout en gardant son attitude masculine. Elle  vise à combattre l’idée selon laquelle il n’y a qu’une seule masculinité possible, celle de l’homme fort, viril, et supérieur à la femme. La masculinité toxique est  celle qui consiste à dominer ou à chosifier la femme.

« L’objectif est celui de pousser les hommes à changer la perception qu’ils ont de leur masculinité au sein de la  société, partant du constat selon quel,  la femme est marginalisée entre autre par cette attitude à croire qu’elle est l’inférieure de l’homme, non pas son égale », a déclaré M. Muyembe.

Il a souligné que la femme étant un être humain doit bénéficier des mêmes droits que l’homme. L’idée  est celle de bousculer cette croyance de la masculinité de fois encrée à nos coutumes sur  l’homme,  a-t-il dit, ajoutant que ce dernier, est appelé à un sursaut de sa position sociale en tant que homme, pour effectuer des taches réputées être réservées aux femmes, à l’instar de la cuisiner, la lessive, le shoping ou de rester garder les enfants.  

Prévue pour une durée de deux mois, cette campagne prévoit entre autres, la publication des articles et des vidéos  ainsi que l’organisation des rencontres d’échanges entre couples mariés et fiancés, visant à promouvoir la masculinité positive.

« Nous souhaitons enregistrer une forte adhésion autour de ce concept. Que les internautes puissent s’approprier  le contenu des différentes publications,  qui promeuvent la masculinité positive. », a-t-il conclu.

ACP/Kayu