Appel pour les excuses de la Belgique à la RDC sur les méfaits de la colonisation

0
518

Kinshasa, 16 juin 2020(ACP).- Des personnalités politiques belges ont appelé, le week end dernier, dans les médias, à la présentation, par la Belgique, des  excuses  sur les crimes et violations des droits humains commis en RDC, pendant la période coloniale.

Le président du parti socialiste belge (PS), Paul Magnette, a déclaré, dans une interview accordée au quotidien belge « Le Soir » qu’il y a un travail de mémoire par rapport à la RDC notamment sur l’assassinat de Lumumba et autour de la personnalité de Léopold II », en marge des manifestations publiques en Belgique dénonçant  les nombreuses violations des droits de l’homme qui ont émaillé la  période de la colonisation de la  RDC par la Belgique.

La déclaration du président du parti socialiste belge,  qui est intervenue  au lendemain des manifestations internationales   contre le racisme et la colonisation  dites « Black LivesMatter (les vies des Noirs comptent)  a été relayée par plusieurs personnalités politiques du royaume de Belgique, en tête le président de la Chambre des députés belge, Patrick Dewael.

Selon des médias belges, ce dernier  compte soumettre, mercredi, aux groupes politiques de la chambre des députés, le principe de la tenue d’une «Commission Vérité et Réconciliation», dans l’optique de préparer la Belgique à se réconcilier avec son passé colonial.

«Sur la base des travaux historiques existants, une commission parlementaire pourrait faire ce travail. C’est le bon moment, d’autant que tous les travaux historiques existent, que le mouvement « Black LivesMatter » est international et que va sortir un film, ‘Les Fantômes du roi Léopold II’ sur les crimes au Congo», a affirmé le président de la Chambre des députés belge, Patrick Dewael.

Le président du parti humaniste CDH, le député  Maxime Prévôt, a partagé le point de vue du président de la chambre des députés belge dans un tweet : «Notre pays a son histoire, avec ses périodes glorieuses et aussi ses parts d’ombre. Assumer et savoir s’excuser. C’est le moment». 

Le président honoraire du parti socialiste belge, Elio di Rupo, avoue les crimes commis au nom de la colonisation pour lequel  les Belges doivent assumer la responsabilité historique.

Georges-Louis Bouchez, président du parti « Mouvement des réformateurs (MR)  a rappelé que Louis Michel, alors Premier ministre, avait présenté ses excuses au Collectif des enfants métis, retirés à leurs mères et pour le rôle de la Belgique dans la mort de Lumumba.

En 2019, le groupe des experts des Nations Unies, à l’issue d’un séjour de travail à Bruxelles, avaient fustigé le « mur de silence sur la colonisation », avant de recommander que la Belgique puisse officiellement présenter ses excuses au Congo pour les nombreuses violations des droits de l’homme qui ont émaillé cette période.

Pour rappel, les statues de Léopold II ont été vandalisées ou déboulonnées en Belgique, le week end dernier, lors des manifestations « Black LivesMatter (les vies des Noirs comptent) ». ACP/Kayu