Les députés nationaux du Grand Équateur réaffirment leur soutien à Jeanine Mabunda

0
1169

Kinshasa, 18 juin (ACP).- Les députés nationaux, élus de cinq provinces démembrées issues de l’ex-Équateur, ont réaffirmé leur soutien à la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, dans une déclaration politique rendue publique mardi, au Palais du peuple.

Ces députés ont également, appelé les acteurs politiques à la retenue et au respect des institutions, avant de déplorer les derniers événements survenus la semaine dernière à l’hémicycle où les éléments de la police avaient interdit l’accès aux parlementaires dans les installations du Palais du peuple.

A ce propos, ces élus nationaux ont mis en garde « quiconque tenterait de briser le fragile équilibre des institutions en ce moment particulièrement difficile où la RDC fait face à deux grandes épidémies, notamment la COVID19 et la fièvre Ebola ».

Le député Jean Marc Kabund qui avait constaté les irrégularités dans la procédure ayant conduit à sa déchéance, avait saisi le conseil d’Etat qui avait demandé à l’Assemblée nationale de sursoir ladite élection.

Les éléments de la PNC, munis d’une réquisition du parquet,  avaient été envoyés pour empêcher la tenue d’une plénière consacrée à cette élection en remplacement du député national Jean Marc Kabund.

Les députés résolus à Interpeller le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et le ministre des Droits humains

Les députés nationaux ont résolu mardi, en séance plénière d’interpeller les ministres de l’Intérieur et des Droits humains afin d’expliquer aux élus nationaux, les événements survenus le vendredi 12 juin 2020 à l’Assemblée nationale où la PNC a fait obstruction à la tenue de la plénière devant élire la remplaçante du député  Jean Marc Kabund.

Selon l’auteur de la motion incidentielle, le député Didi Manara, ces échanges devront permettre à la représention nationale d’établir les responsabilités.

Les élus nationaux ont déploré, au cours du débat, la violation de l’enceinte de l’Assemblée nationale par des policiers dépêchés sur le lieu.

Ils ont à l’unanimité, opté pour l’interpellation du  vice-Premier ministre, ministre l’Intérieur et le ministre des Droits humains. « Le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, parce qu’il doit justifier l’ordre qu’il a donné aux policiers pour assiéger le Palais du peuple », ont- ils souligné.

La présidente de cette institution, Jeanine Mabunda, a par ailleurs annoncé la mort du député Alfred Kakule à la suite des traumatismes subis lors des événements du  vendredi dernier. Une minute de silence a été observée en mémoire de cet élu. ACP/Kayu