Le taux-directeur de la Banque centrale du Congo demeure à 7,5%, selon le CPM

0
201

Kinshasa 19 juin 2020 (ACP)- Le taux-directeur de la Banque centrale du Congo (BCC),  demeure à 7,5% et les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme se maintiennent respectivement à 13,0% et 12,0% et ceux pour les dépôts en monnaie nationale vue et à terme à 0%, a indiqué le Comité de politique monétaire (CPM) à l’issue de sa 5eme réunion ordinaire tenue mercredi sous la présidence du gouverneur de la BCC Deogratias Mutombo Mwana Nyembo.

Une copie du compte rendu de cette réunion parvenue jeudi à l’ACP, indique que dans un contexte d’incertitude liée à la covid-19, la BCC veille au maintien de la stabilité du cadre macroéconomique, gage notamment de la préservation du pouvoir d’achat de la population.

Selon la source, le CPM a encouragé le gouvernement à poursuivre l’élan d’une gestion saine des finances publiques, tout en veillant à la mise en œuvre effective des mesures prises dans le cadre de la riposte aux effets délétères de la covid-19 sur l’économie nationale.

Sur le marché des biens et services, poursuit le document de la BCC, le CPM a noté une légère accélération du rythme de formation des prix intérieurs attestés par une hausse de 0,1 points par rapport au mois d’avril, avant de préciser qu’en mai 2020, le taux d’inflation mensuelle s’était établi à condition inchangée, était attendu à un taux d’inflation de 15,48% a fin décembre 2020 contre l’objectif d’inflation à moyen terme de  7,0%.

La même source note également que l’analyse mensuelle des finances publiques révèle un déficit avant financement de 22,4 milliards FC, résultant des recettes mobilisées de 484,8 milliards FC et des dépenses de 507,3 milliards FC.

Toutefois, poursuit le CPM, ce creux a été entièrement couvert par les ressources provenant des émissions nettes des Bons du Trésor et de l’appui budgétaire du Fonds monétaire international (FMI), lesquels ont permis à la situation financière de l’État d’afficher un solde créditeur de 120,7 milliards FC.

Le marché de change au mois de mai marqué par des mesures d’ajustement

Par ailleurs, la source fait savoir que le marché de change, après une relative stabilité au premier trimestre et un profond glissement du taux parallèle en avril, le mois de mai a été marqué par des mesures d’ajustement induisant le tassement de la dépréciation au parallèle avec un effet de rattrapage pour le taux indicatif.

Pour le CPM, à la suite notamment de l’adoption de la gestion base caisse des opérations financières de l’État à partir du 1er mai, et de la cession par la BCC, des devises aux banques, la dépréciation mensuelle de la monnaie nationale au parallèle est tombée à 3,3%, venant de 5,6% en avril. La source fait également remarqué que pendant ce temps, en vertu du principe de la convergence, la dépréciation à l’indicatif a progressé de près de 3,0 points passant de 1,8% en avril à 4,6% en mai, ajoutant ainsi le taux de change à 1.822,00 FC et 1.931,17 le dollar américain, respectivement à l’indicatif et au parallèle, soit le taux de dépréciation cumulé de 8,2% et 10,6%, respectivement à l’interbancaire et au parallèle.

Concernant les réserves de change, elles se chiffrent à 923,12 millions USD au 29 mai 2020, soit trois semaines de couverture d’importations et par rapport à fin avril, il s’observe une baisse des réserves de 57,0 milliards FC expliquée en partie par l’intervention de la BCC sur le marché de change, indique-t-on. ACP/ Kayu