Célébration à Kinshasa du 10ème anniversaire de l’UNC

0
729

Kinshasa, 20 juin(ACP)- L’Union pour la nation congolaise (UNC) a célébré vendredi, ses dix ans d’existence, au cours d’une cérémonie organisée au siège national de ce parti politique, à Kinshasa, sous la direction de son secrétaire général a.i, Aimé Boji Sangara.

Dans son mot de circonstance, le secrétaire général a i Boji a, salué la ténacité et l’attachement des militants à cette formation politique et à son leader, Vital Kamerhe. 

« Je voudrai, en plus, saluer la résilience de votre militantisme qui s’est adapté à toutes les formes de difficultés et de défis auxquels nous avons été confrontés au cours des dix dernières années », a-t-il dit, avant d’ajouter « Si nous sommes restés un Parti solide, si nous avons pu traverser les nombreuses zones de turbulence par lesquelles l’histoire tumultueuse de notre pays est passée, si notre croissance a été aussi constante que consistante, c’est parce qu’au cœur du patrimoine génétique politique du militant de l’UNC, il y a  plusieurs grandes vertus, à savoir: la résilience, le courage, la fidélité et la loyauté ».

Faisant la rétrospective des 10 ans de vie de son parti, Aimé Boji a fait savoir que, l’Union pour la nation congolaise est née le 19 juin 2010, après que son président ait rompu avec le Président Joseph Kabila et son régime.

L’objectif assigné, a-t-il poursuivi, était de créer, au cœur de l’Afrique, un Congo fort, stable et prospère où  chaque Congolais est libre de s’épanouir ainsi que l’émergence  d’un état de droit dans lequel chaque citoyen pourra bénéficier  d’une justice  juste.

Lancé officiellement le 14 décembre 2010, le parti qui s’est installé, en un temps record, sur toute l’étendue du territoire  national, a pris part aux élections présidentielles et législatives de 2011 dont les résultats étaient controversés par l’opposition.  « Notre parti a malgré tout pu obtenir 18 sièges à l’Assemblée nationale et la 3ème place à l’élection présidentielle ».

L’UNC au premier rang dans divers initiatives pour l’unité de l’opposition

Au cours des dix ans de son existence, l’Union pour la nation congolaise a participé, au premier rang, dans diverses  initiatives pour l’unité de l’Opposition, dans le combat pour l’organisation des élections libres et transparentes et à l’avènement d’une véritable démocratie en RDC.

C’est dans ce contexte et pour éviter que le pays ne sombre dans un chaos que ce parti avait fait le choix difficile de participer au dialogue de la cité de l’Union africaine lequel dialogue avait abouti à la signature de l’Accord politique du 18 octobre 2016, sous la facilitation de l’ancien Premier ministre togolais, Edem Kodjo.

Toujours dans la recherche de l’unité de l’Opposition, Vital Kamerhe, président de l’UNC, a participé, en 2018 à Genève en Suisse, aux travaux pour la désignation du candidat commun de l’Opposition à l’élection présidentielle de décembre 2018. 

Ces pourparlers ayant tourné en débâcle, le leader de l’UNC a décidé d’écouter la voix de la base en se retirant de ce processus pour enfin atterrir à Nairobi où un accord politique avait été conclu avec l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), créant le « Cap pour le Changement » (CACH).

« C’est sous le ticket CACH et grâce au courage et à la détermination de nos deux leaders, de nos militants et surtout de notre peuple qui tenait coûte que coûte à l’alternance politique au sommet de l’État, que nous avons remporté l’élection présidentielle avec Son Excellence le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Quant aux législatives, l’UNC obtiendra 16 sièges à l’Assemblée Nationale, 1 au Sénat et 12 députés provinciaux », a souligné le secrétaire général a.i de l’UNC.

Consolider la position du parti

Jetant un regard sur les dix prochaines années de son parti, le secrétaire général Aimé Boji a fait savoir que le défi principal est de consolider la position du parti comme l’une des grandes formations politiques du pays.

Pour ce faire, a-t-il souligné, il est impératif de procéder à une évaluation sans complaisance du bilan des dix premiers années d’existence et ce, sur tous les plans. « Cet exercice d’introspection et d’autocritiqu nous permettra de déceler nos failles, d’identifier nos forces et de prendre conscience de nos faiblesses en vue de mieux canaliser nos efforts, d’améliorer notre gouvernance et de capitaliser les opportunités politiques à venir », a-t-il dit.

Pour Aimé Boji, la réussite de cette noble mission dépendra également de la capacité de maintenir le respect strict des textes qui régissent le parti, de maintenir la cohésion, la discipline et l’attachement à ses idéaux et à la vision de son leader. Cette commémoration s’est déroulée dans la frustration et la douleur dues à l’absence du président national Vital Kamerhe présentement en détention au centre pénitencier de Makala, mais aussi suite aux mesures restrictives imposées  dans le cadre de la lutte contre la pandémie de la COVID-19. ACP/ Kayu