La ministre des Affaires sociales déterminée à assurer une protection efficace aux enfants de la rue

0
312

Kinshasa, 20 juin(ACP)- La ministre des Affaires sociales, Rose Boyata Monkaju a indiqué que l’élaboration des normes et standards de prise en charge des enfants en situation difficile et ceux vulnérables en lien avec le VIH/SIDA, figurent parmi les actions menées par son ministère en vue de la protection de l’enfant congolais, à l’occasion de la Journée internationale de l’enfant africain célébrée le 16 juin de chaque année.

Elle a fait état de la réhabilitation progressive à travers tout le pays, des établissements de garde et d’éducation de l’État pour Enfants (EGEE) et de l’existence de l’Institut national des travailleurs sociaux (INTS) depuis octobre 2013.

Malgré cette situation, il reste encore beaucoup à faire pour répondre aux besoins énormes des enfants vulnérables, a déploré la ministre des Affaires sociales, mettant l’accent sur la nécessité de toutes les parties prenantes du secteur, de travailler en synergie pour atteindre cet objectif.

Elle a loué les actions du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi notamment l’application effective de la gratuité de l’enseignement de base qui constitue un pas décisif vers la préparation de la  jeunesse à la relève, avant de remettre des kits alimentaires à quelques enfants de la rue présents à cette manifestation.

Le centre Likemo/ CATSR sensibilise les enfants en rupture familiale au respect des gestes barrières

Le directeur du Centre Likemo/CATSR, Roger Katembwe a, à cet effet, sensibilisé les enfants en rupture familiale à la pandémie de la COVID-19 en respectant les gestes barrières et à  l’esprit de l’initiative pour sortir de leur situation en se protégeant et en protégeant les autres.

M. Katembwe a invité ses interlocuteurs à changer de comportement et à avoir une pensée positive sur leur avenir à l’instar de quelques uns parmi eux qui demandent d’aller à l’école afin d’apprendre des métiers ou pour retrouver leurs familles respectives.

Dorénavant, l’accès au centre est conditionné par le port des masques, a-t-il ajouté, en leur rassurant de leur accompagnement des autorités publiques et des partenaires notamment « Le Cri des mères », « Mapendo » et « Solidarité de Bandalungwa ».

M. Esabe Dojo, l’un des responsables de l’ONG « Cri des mères », en charge des projets, a justifié l’appui de cette structure du fait qu’à travers plusieurs activités culturelles y organisées, il découvre beaucoup de talents en ces jeunes. D’où, la nécessité d’un encadrement et d’une formation adéquate en faveur de cette génération montante.

Au terme de cette sensibilisation, des masques et des kits alimentaires ont été distribuées aux enfants de la rue membres du Centre qui a fermé provisoirement la cuisine pour raison de confinement. ACP/ Kayu