Un appel lancé aux parents de la RDC à faire vacciner leurs enfants malgré les perturbations dues à la Covid-19

0
230

Kinshasa, 22 juin 2020 (ACP).- Le Directeur adjoint du Programme Elargi de Vaccination (PEV), le Dr Aimé Cikomola appelle les parents de la RDC à continuer à faire vacciner leurs enfants de moins d’un an contre les maladies mortelles évitables par la vaccination malgré des perturbations engendrées par la crise sanitaire de Covid-19.

Le Dr Cikomola a lancé ce vibrant appel vendredi au cours d’un point de presse qu’il animé à l’intention des membres du Réseau des Journalistes Amis de l’Enfant (RJAE), en compagnie du Dr Gaye Abou, point focal vaccination au bureau de l’OMS en RDC, et du Dr Daniel Nacoulma, point focal vaccination à l’UNICEF/RDC. Les deux experts de l’ONU sont intervenus en vidéo conférence.

Les Drs Aimé Cikomola, Gaye Abou et Daniel Nacoulmas ont affirmé que la vaccination de routine continue dans les structures de santé en cette période d’épidémie de Covid-19 car si on arrête cette pratique, des millions d’enfants seront exposés aux maladies mortelles évitables par la vaccination. Ces maladies sont notamment la tuberculose, la poliomyélite, la rougeole, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la méningite, la fièvre jaune et les diarrhées à rotavirus.

Ils ont rassuré les parents que dans toutes les structures de santé (hôpitaux, centres de santé, dispensaires,…) de la RDC où se pratique la vaccination de routine pour les enfants de moins d’un an les dispositifs de protection contre la maladie à Coronavirus ont été mis en place. Il s’agit notamment des dispositifs lavage de mains avec du savon, du port obligatoire des masques et de la distanciation sociale. Les membres du personnel soignant sont aussi équipés des matériels de protection dont des gants.

Les trois spécialistes de la vaccination ont tenu également à rassurer les Congolais sur la qualité des services de vaccination en RDC. Selon le Dr Daniel Nacoulma de l’UNICEF/RDC, cette qualité se situe à 3 niveaux. Il y a d’abord la qualité des vaccins qui sont homologués par l’OMS depuis les usines de fabrication. Il y a ensuite la qualité de la chaine de froid pour la bonne conservation des vaccins depuis les usines de fabrication jusqu’aux lieux de leur administration aux enfants et aux femmes. Ces vaccins sont conservés à des températures homologuées par l’OMS. Il y a enfin la qualité des prestataires qui administrent les vaccins. Il s’agit d’un personnel bien formé.

Enfin, les trois experts ont insisté sur le fait que la vaccination est une intervention sanitaire qui sauve des vies. Que les parents fassent vacciner leurs enfants pour éviter à la RDC des épidémies à répétition, ont-ils conclu. ACP/Kayu