La CPI examine la demande d’un procès en appel contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

0
780

Kinshasa, 23 juin 2020 (ACP).- La Chambre d’appel de la Cour pénale internationale en tenue une audience lundi  pour entendre les observations sur l’appel demandé par la procureure Fatou Bensouda, contre l’acquittement de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité prononcé fin janvier 2019 en faveur de l’ex-président ivoirien et de son ancien ministre de la Jeunesse, ont rapporté des médias étrangers.

Un an et demi après leur acquittement, c’est une nouvelle phase de l’affaire Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la CPI. En première instance, la procureure avait présenté 82 témoins à la barre, pour évoquer le rôle de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé dans la crise post-électorale de 2010-2011.

Les juges avaient prononcé une décision d’acquittement et pointé du doigt « la faiblesse exceptionnelle » des preuves apportées par la procureur. Fatou Bensouda avait aussitôt interjeté appel. 

 «Le but est de  voir si on peut vraiment valider cet acquittement, ou bien s’il faut refaire ce procès, pour que la procureure soit invitée à représenter les éléments
de preuve
», a expliqué Fadi El Abdallah, le porte-parole de la CPI.

En effet, la procureure Fatou Bensouda estime que des erreurs de procédures ont été commises au moment du prononcé de la décision d’acquittement : en janvier 2019, les juges de la chambre de première instance ont rendu leur décision à l’oral, ils ont fourni seulement quelques mois plus tard un mémoire par écrit. Pour la défense, l’enjeu
consiste à obtenir une confirmation de l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé. La CPI a récemment allégé certaines conditions liées à leur remise en liberté. L’ancien chef de l’État ivoirien et son ancien ministre de la Jeunesse ne sont plus obligés de se rendre dans un commissariat chaque semaine pour certifier de leur présence.

Ils bénéficient d’une liberté de mouvement plus grande. La question en filigrane est celle de leur retour en Côte d’Ivoire, une option qui nécessite l’autorisation  de la Cour. ACP/Kayu