Le Secrétaire général des Nations Unies condamne l’attaque perpétrée contre un convoi de la MONUSCO

0
434

Kinshasa, 25 juin 2020 (ACP).- Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné fermement l’attaque perpétrée lundi, contre un convoi de la MONUSCO dans le territoire de Béni, au Nord-Kivu, par des membres présumés des ADF. Selon le porte-parole de la MONUSCO et coordonnateur du Groupe de communication des Nations Unies, Mathias Gillmann, qui l’a indiqué mercredi, dans le compte – rendu de l’actualité des Nations Unies, cette attaque a entrainé la mort d’un Casque bleu et un blessé qui sont présentement en Indonésie.

António Guterres a exprimé ses plus sincères condoléances à la famille du Casque bleu décédé, ainsi qu’au gouvernement indonésien et souhaité un prompt rétablissement au blessé. Le Secrétaire général a rappelé que les attaques contre les Casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre, avant d’appeler les autorités congolaises à enquêter sur cet incident et à traduire rapidement les responsables en justice.

Il a réaffirmé que les Nations Unies, par le biais de sa représentante spéciale en République Démocratique du Congo, continueront à accompagner le gouvernement et le peuple congolais dans leurs efforts visant à instaurer la paix et la stabilité dans l’Est du pays.

La représentante spéciale du Secrétaire général en RDC et cheffe de la MONUSCO, Leila Zerrougui, a elle-aussi condamné l’attaque. Elle a exprimé son émotion et présenté ses plus sincères condoléances à la famille du défunt et au gouvernement indonésien. Elle a également souhaité un prompt rétablissement au blessé.

 La Représentante a souligné le sacrifice des femmes et hommes casques bleus qui risquent leur vie quotidiennement loin de chez eux pour protéger les populations civiles et restaurer la paix et la stabilité dans l’est de la RDC. Elle a aussi exprimé sa solidarité aux soldats des Forces armées de la République Démocratique du Congo engagés dans des opérations d’envergure, à leurs familles, ainsi qu’à toutes les victimes congolaises des groupes armés qui continuent de sévir dans l’est du pays.

La victime de cette attaque participait à la construction d’un pont dans la zone de Hululu. ACP/Kayu