Macron rencontre le PM néerlandais pour discuter du plan de relance de l’UE

0
689

Kinshasa, 25 juin 2020 (ACP) — Le Président français Emmanuel Macron a rencontré mardi à La Haye le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans le but d’obtenir son soutien à l’accord franco-allemand sur un programme de relance de l’Union européenne (UE) face aux défis posés par le COVID-19, ont rapporté mercredi des agences internationales de presse.

 Au cours de la rencontre, les deux dirigeants ont discuté de la proposition d’un fonds de relance avancée par la Commission européenne, ainsi que du budget multi-annuel de l’UE. Cette proposition comprend un fonds de relance de 750 milliards d’euros (848 millards de dollars) pour les pays touchés par la pandémie.

 M. Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont suggéré que 500 milliards d’euros soient versés sous la forme de subventions et 250 milliards en tant que prêts. Selon ces sources, les Pays-Bas ont été très critiques quant à l’ampleur et les conditions de ce fonds principalement destiné à aider les pays les plus touchés par la pandémie dans le sud de l’Europe.

 Avec l’Autriche, le Danemark et la Suède, les Pays-Bas exigent des conditions plus strictes, telles que des réformes drastiques dans chacun de ces pays. Ils pensent également que l’aide doit être accordée sous la forme de prêts plutôt que de subventions. « Face au COVID-19, la solidarité entre les Européens a sauvé des vies », a tweeté M. Macron avant sa visite.

« Presque 200 patients français ont été soignés par l’Allemagne, la Suisse, le Luxembourg et l’Autriche. Nous avons apporté des équipements médicaux à plusieurs pays, dont l’Italie ». Par ailleurs, une réunion extraordinaire du Conseil européen est prévue le mois prochain à Bruxelles. M. Macron et Mme Merkel ont appelé à un accord durant cette réunion ou après afin de stimuler l’économie européenne frappée par le confinement dû au COVID-19. Selon M. Rutte, une telle précipitation n’est pas nécessaire. « Les choses ne tourneront pas horriblement mal si nous n’avons pas d’accord à la mi-juillet », avait-il estimé auparavant. « Au Conseil européen en juillet, nous devrons convaincre nos partenaires sur la base de cet accord franco-allemand », a ajouté M. Macron.  ACP/ Kayu