Le ministre de la Santé déclare la fin de la maladie à virus Ebola dans l’Est de la RDC

0
403

Kinshasa, 26 juin 2020 (ACP).- Le ministre de la Santé, le Dr Eteni Longondo, a déclaré, jeudi, la fin de la 10ème épidémie de la maladie à virus Ebola dans la partie Est de la RDC, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa.

Dr Eteni Longondo a affirmé que cette épidémie a été la plus longue, la plus complexe et la plus meurtrière. « Cette 10ème épidémie était très particulière au regard de son étendue, sa durée, son ampleur, sa gravité, le tout dans un contexte très compliqué, marqué par une densité importante et une hyper mobilité de la population », a dit le ministre de la Santé.

D’après lui, cette épidémie qui a fragilisé le système de santé de la RDC, a aussi favorisé l’activisme des groupes armés causant une insécurité chronique, une réticence communautaire entrainant une faible implication et adhésion de la communauté aux recommandations des équipes de la riposte.

Le ministre a, par ailleurs, déploré qua moment où il déclare la fin de cette 10ème épidémie dans l’Est de la RDC, le pays fait déjà face à la 11ème, déclarée à Mbandaka dans la province de l’Equateur depuis le 31 mai 2020.

« Bien que le pays soit plus engagé dans la mobilisation des fonds et des énergies pour la lutte contre la pandémie de COVID-19, le ministère de la Santé entend capitaliser les bonnes leçons apprises et les facteurs de succès de cette longue épidémie pour assurer le plus efficacement possible une riposte conséquente à Mbandaka », a-t-il rassuré.

Dr Eteni Longondo a invité la population de l’Equateur à plus d’engagement et d’adhésion pour freiner le plus rapidement possible et éradiquer au mieux cette nouvelle épidémie.

 Cependant, il a rassuré en même temps les populations de l’Ituri, du Nord et du Sud-Kivu, qu’une équipe continuera de soutenir le transfert de compétences vers les prestataires locaux en vue de préserver les acquis de la lutte.

Il leur a recommandé de continuer à maintenir les mécanismes d’alerte et de surveillance afin de rester vigilant pendant toute la période de l’après épidémie. Pour le ministre de la Santé, l’histoire retiendra que le facteur du succès majeur de la riposte à cette 10ème épidémie est l’espoir suscité par la guérison des personnes infectées (1.171 personnes guéries) grâce aux innovations dans la lutte et dans la recherche sur les vaccins et les médicaments. Cette riposte ayant permis l’expérimentation d’un médicament, le mAb 114, fruit de la collaboration entre l’INRB de la RDC et le NIH aux USA rendant désormais la maladie à virus Ebola, une maladie traitable. ACP/Kayu