Une marche pacifique des professeurs de l’UPN pour exiger l’amélioration de leurs conditions de vie

0
371

Kinshasa, 28 juin 2020(ACP)- Les professeurs de l’Université pédagogique nationale(UPN)  ont organisé vendredi, dans l’enceinte de cette alma mater,  une marche pacifique afin d’exiger l’amélioration de  leurs conditions de  vie.

Ils ont, à cet effet,  demandé dans une déclaration lue par le président du comité exécutif  de l’APUPN, le Pr Raoul Ekwampok,   un salaire décent selon le standard de l’UNESCO indexé au taux du jour en  monnaie forte comme le dollar, le paiement du manque à gagner 2018-2019 dont l’UPN n’a touché aucune tranche malgré les nombreux recours introduits auprès des instances compétentes. Pour ces derniers, le paiement du manque à gagner 2018-2019 est une dette que l’Etat doit payer au personnel.

Il a été également exigé la paie de ceux qu’on appelle abusivement «  nouvelles unités » déjà matriculées et en service depuis deux, trois, quatre voire cinq ans mais toujours impayés.

Les professeurs de l’UPN ont aussi exigé la suspension de l’IPR jusqu’à ce que les nouveaux salaires soient calculés (nouveau barème) conformément à la loi relative au statut spécial du personnel de l’ESU.

Nécessité de publication des barèmes salariaux de tous les fonctionnaires et agents de l’Etat

L’Association des professeurs de l’Université pédagogique nationale (APUPN), organisatrice de cette marche a aussi demandé la publication des barèmes salariaux  de tous les fonctionnaires et agents de l’Etat allant de la Présidence jusqu’au huissier, afin d’asseoir la justice distributive qui réduit la tension salariale existante  et qui consacre inutilement  les inégalités sociales  criantes.

Le paiement du trop perçu sur le dossier crédit-véhicule,  en souffrance depuis 2015  que le gouvernement de la RDC  leur doit, maintes fois budgétisé et non effectué figure parmi les revendications des professeurs de l’UPN. ACP/Kayu