Covid-19 : Début de supervision conjointe de la Commission PEC-MED et l’OMS à travers les zones de santé de Kinshasa

0
360

Kinshasa, 1er  juillet 2020 (ACP).-Les équipes de la riposte à la Covid-19 commises à la Commission Prise en charge médicale (PEC-MED)et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont débuté  lundi la supervision conjointe à travers les différentes zones de santé de Kinshasa.

Cette descente de terrain, résultat de la réunion présidée par le Secrétaire technique de la Cellule de la riposte à la Covid-19, le Prof. Jean-Jacques Muyembe Tamfum à l’intention des membres de cette commission, a permis de dégager pour ce premier jour de supervision 376 personnes guéries de la COVID-19. Ceci ramène le chiffre de personnes guéries en République démocratique du Congo de 1.050 à 1426.

Dans ce lot de 347 personnes guéries se retrouvent 22 guéris sortis ce même lundi de l’Hôpital du Cinquantenaire.Parmi les 22 personnes sorties guéries ce lundi à l’Hôpital du Cinquantenaire, il y a eu 3 enfants, 6 femmes et 13 hommes.

La joie était immense dans cet Hôpital qui est à sa sixième sortie de plus grand nombre de personnes guéries, dont le total depuis le début de la prise en charge des patients Covid-19 s’élève déjà à plus ou moins 150.

Au nom du staff de l’Hôpital du Cinquantenaire, le coordonnateur de la prise en charge de la Covid-19, le Dr Timothée MawisaNkemfuni, a remercié le gouvernement congolais pour la confiance à leur structure sanitaire.

Le Dr Mawisa a également recommandé à la population congolaise, particulièrement kinoise, de continuer à respecter les mesures barrières, malgré le déconfinement de la Gombe afin d’éviter la réinfection comme cela a été le cas sous d’autres cieux.

Il a aussi demandé à ces 22 personnes sorties guéries de devenir les ambassadeurs de la riposte contre la Covid-19 en sensibilisant sur les gestes barrières dans leurs communautés respectives.

Par ailleurs, les équipes ont relevé quelques défis majeurs, notamment le déficit des matériels de bureau pour le bon fonctionnement de l’administration, des difficultés de communiquer avec les différentes provinces et de retrouver les adresses de certains cas confirmés dans la communauté, insuffisance des matériels, équipements et intrants pour la prise en charge des malades dans quelques zones de santé et provinces,  insuffisance de mobilité pour les descentes des équipes sur terrain en général ou encore le manque d’ambulances appropriées pour le transfert des malades. ACP/Kayu