Les clubs de football congolais d’élite soufflent le chaud et le froid face à leurs obligations

0
489

Kinshasa, 1er  juillet 2020 (ACP).-Les clubs du football d’élite de la RDC soufflent le chaud et le froid face à leurs obligations dans la gestion quotidienne des dossiers en rapport avec le championnat national ou dans leurs relations avec la hiérarchie.

Dans la plupart des cas, ils usent de la malhonnêteté ou se montrent complaisants dans certaines de leurs prises de position. A l’instar des politiques congolais, qui prennent souvent position qui ne cadrent pas avec la réalité ou qui vont souvent dans le sens de leurs intérêts.

Ils tiennent rarement compte de l’éthique dans leurs rapports avec la hiérarchie, avec la communauté ou entre eux.

Au terme de la décision de la Fédération congolaise de football association (FECOFA) désignant le TP Mazembe de Lubumbashi et l’AS V.Club de Kinshasa comme représentants de la RDC à la 25ème Ligue des champions, l’AS Maniema Union de Kindu et le DC Motema Pembe à la 18ème Coupe de la Confédération, les clubs désignés ont trouvé cette décision normale. Quand bien même le délégué de V.Club à la réunion de la Ligue nationale de football (LINAFOOT) ayant trait à l’arrêt des activités et secrétaire du comité de direction, Patrick Banichay, avait préconisé l’annulation du championnat, alors que le délégué de Mazembe et manager général du club avait exhorté la FECOFA à considérer et à prendre en compte le classement au moment de l’arrêt du championnat national. De leur côté, Maniema Union et Motema Pemba avaient gardé silence radio.

Parmi les clubs qui avaient décrié cette façon de valider les billets pour les interclubs de la Confédération africaine de football (CAF) figurait la JS Groupe Bazano de Lubumbashi dont le président du comité de direction, Meschak Kasongo Mabwisha, avait même rendu le tablier car, selon lui, l’organe faitier du football congolais aurait dû qualifier son équipe au regard de la moyenne des matches joués, sans oublier le fait que tout avait été orchestré pour que Bazano joue mois de matches à domicile, consécutivement aux incessantes sollicitations demandant le report des matches de la part de ses adversaires.

En rapport avec les reports des matches, il est ressorti que ce sont souvent les grosses écuries du championnat national, qui ont excellé dans cette besogne, soit parce qu’elles cédé des joueurs à l’équipe nationale en campagne, soit parce que leur humeur ne le permettait pas. Sans oublier les interférences de la FECOFA.

Cela s’est encore manifesté à l’occasion de la tenue des assemblées générales statutaires. Si presque toutes les équipes de division 1 de la LINAFOOT ont tenu leurs assemblées générales comme programmé par la Ligue nationale en respectant les mesures barrières contre la Covid-19, Mazembe, lui, a brandi ces dernières pour ne pas organiser ses assises.

De ce qui précède, la LINAFOOT sera ainsi obligée de reporter son assemblée générale ordinaire si elle veut se soumettre à la volonté du team noir et blanc de la capitale du cuivre ou elle va tenir celles-ci sans Mazembe, qui n’a pas voulu se soumettre, conformément aux prescrits des textes organisant le football au pays.

Ce faisant, il appartient aux clubs et aux animateurs des entités sportives nationales (FECOFA et LINAFOOT) de rectifier le tir en vue de ne plus retomber dans les erreurs du passé : planifier la gestion du football, fiabiliser la gestion des clubs et, bien entendu, inciter l’Etat et la FECOFA à doter tant soit peu les clubs de certaines facilités financières en vue de permettre à ces derniers de minimiser certaines charges financières. Le football congolais y gagnerait. ACP/Kayu