Clôture de la session ordinaire de mars 2020 à l’Assemblée provinciale de Kinshasa

0
211

Kinshasa, 02 juillet 2020 (ACP).- L’Assemblée provinciale de Kinshasa (APK), a clôturé, mardi, en son siège, situé dans la commune de Gombe, la session ordinaire de mars 2020, au cours d’une séance plénière organisée sous la présidence de Godefroid Mpoyi Kadima, président  de cet organe délibérant.

Il a souligné que cette session se clôture après un long moment de confinement dû à la pandémie du Coronavirus, avant d’appeler le gouvernement provincial de prendre des mesures pour protéger la population kinoise.

M. Mpoyi a, par ailleurs, rappelé que le déconfinement est profitable à l’économie de la ville de Kinshasa mais il est préférable que les mesures barrières ne soient pas assouplies pendant que la courbe de la pandémie ne fléchit pas encore.

Pour lui, l’exécutif provincial doit prendre la question de redressement économique à bras le corps et implémenter une politique à la hauteur de la crise car le secteur économique de Kinshasa est complètement paralysé avec des pertes sèches sur les finances.

Il a reconnu que la COVID-19 a perturbé le calendrier de l’APK, à telle enseigne que certaines matières n’ont pas été examinées. Parmi les matières traitées, le président de l’APK a cité notamment sur le plan législatif le projet d’Edit portant approbation du protocole d’accord de collaboration entre Kinshasa et la province du Kongo Central relatif aux modalités de perception de la taxe spéciale conventionnelle pour la reconstruction et le rapport de la commission de contrôle des marchés urbains. Il y a également le rapport de la Commission politique, administrative et juridique sur la vérification et validation des pouvoirs et recommandation sur la fabrication des boissons alcoolisées, a- t-il dit.

Un semestre entravé par la libération de la rétrocession

Le président de l’APK, Godefroid  Mpoyi Kadima a laissé entendre que le premier semestre de 2020 a été entravé par la question de la libération de la rétrocession pour son institution.

Bien que celle-ci ne soit pas constitutionnelle, mais elle présente néanmoins l’avantage de la simplicité dans sa conception et sa mise en ouvre œuvre dans la mesure où les autorités provinciales ont l‘accès aux informations sur les recettes recouvrées sur leur territoire. La dite rétrocession est la source de plus au moins 60 % des moyens financiers prévus dans le budget de la ville de Kinshasa, mais elle n’est par libéré régulièrement par le pouvoir central, -a-t-il déploré.

 Il a saisi cette occasion pour appeler le pouvoir central a se forcer de doter la ville de Kinshasa et els autres provinces des moyens de leur développement malgré l’état d’urgence sanitaire

La session de septembre sera axée sur l’édit des Finances de l’exercice 2020

Il a, par ailleurs, noté que la session de septembre 2020 sera axée sur l’édit des Finances de l’exercice 2021, avant de demander à l’exécutif provincial de le déposer dans le délai légal. Godefroid Mpoyi a rappelé par une fiscalité responsable en tenant compte des innombrables infrastructures, la ville de Kinshasa  peut s’en tirer à bon compte. Il a, enfin, exhorté les députés provinciaux de mettre leur temps des vacances parlementaires au profit pour approcher les différentes bases dans le but de palper du doigt les réalités des kinois pour les traduire en initiative parlementaire. ACP/Kayu/KJI