Le groupe parlementaire CACH opposé à l’entérinement de la candidature de Ronsard Malonda par l’Assemblée nationale

0
320

Kinshasa, 04 juin 2020 (ACP) –Les députés nationaux du groupe parlementaire « Cap pour le Changement », CACH, se sont opposés, vendredi, à l’entérinement, par l’Assemblée nationale, de la candidature de  Ronsard Malonda en qualité du président de la Commission électorale nationale indépendantes (CENI), dans une déclaration  rendue publique par le député national, Léon Mubikai. 

Le groupe parlementaire CACH qui n’a pas pris part au vote à la plénière consacrée à cet entérinement, s’est déclaré non partant dans cette décision, a affirmé le député Mubikai. 

Les membres de ce groupe parlementaire ont invité le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo à ne pas  investir Ronsard Malonda Ngimbi, comme président de la centrale électorale.

 Pour eux, le choix de ce dernier n’a pas été consensuel même dans le camp des confessions religieuses. Ils  ont noté que ce choix  a été rejeté notamment  par les églises  catholique et protestante ainsi que la Société civile.

Léon Mubikayi  et ses collègues parlementaires  membres  de la plate forme CASH sont d’avis que le choix du candidat président de la CENI ne devrait pas se faire sans   les réformes électorales tel que prévu dans les dispositions légales, cela  afin d’éviter les fraudes électorales.

La désignation de Ronsard Malonda s’est  faite  en violation des  lois de la RDC,  selon Lamuka

Les députés nationaux membres de la plate-forme électorale de l’opposition Lamuka, ont également fustigé l’entérinement, par la chambre basse du Parlement, la désignation de  Ronsard Malonda Ngimbi comme président de la CENI. 

Pour ces députés, cette  désignation s’est  faite en violation des  lois de la RDC, un pays  majoritairement composé des chrétiens. « Comment est-ce qu’on peut contourner les catholiques, les protestants et les membres de la société civile ainsi que les représentants des femmes, pour juste les intérêts des minorités?, s’est- interrogé Dieudonné Bolengetenge, président du parti MSR, allié de Lamuka.

Dans un communiqué rendu public  vendredi, les principaux leaders de Lamuka  à savoir Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu, Moïse Katumbi et Adolphe Muzito, se sont dit  indignés d’apprendre la validation « d’une manière malicieuse » par le bureau de l’Assemblée nationale, du prochain président de la CENI, alors que les leçons tirées  des derniers scrutins ne sont pas, de façon consensuelle, coulées en réformes du système électoral. ACP/Kayu